L’hygiène naturelle infantile

L’hygiène naturelle infantile, ou « La vie sans couches » !

Quel parent n’a jamais rêvé de voir les couches disparaître totalement des corvées parentales ?? Fini les cacas explosifs, les fesses rouges et les poubelles de Tchernobyl.

Mais si bébé ne fait plus ses besoins dans sa couche, alors ou notre chérubin va t-il les faire ? Peut il vraiment se rendre compte de ses besoins d’élimination avant le stade fatidique de « la montée des escaliers » ??!

J’ai acheté ce livre lorsque j’ai commencé à me poser la question de la propreté du Moustique. Je pensais y trouver des conseils et des astuces pour l’apprentissage de la propreté. « La vie sans couches », de Sandrine Monrocher-Zaffarano.

Le bouquin parle bien de la vie sans couches … mais de la vie sans couches dès la naissance ! L’apprentissage naturel de la propreté, HNI.

L’hygiène naturelle infantile, j’en avais déjà entendu parler vaguement. Je me souviens d’un article lu dans un magazine, où un jeune couple américain racontait leur expérience de la vie sans couches. L’HNI est un phénomène qui explose aux USA, et curieux de l’engouement pour cette nouvelle pratique, ils avaient voulu tenter l’expérience avec leur fille, dès la naissance.

Bébé est conscient dès la naissance de ses besoins et les communique sans cesse à l’extérieur: c’est le cas pour la faim, la soif, le sommeil, la douleur à apaiser, etc. Il communique aussi ses besoins d’élimination … Mais nous préférons souvent ne pas les écouter car notre société est entrée aujourd’hui dans la stratégie des couches-culottes, qui paraît tellement plus simple.

Cette éducation commence en générale très tôt, entre la naissance et 4 à 6 mois maximum, et se termine également tôt, vers 18 mois environ. Ses avantages sont multiples, en plus d’une communication et d’une connivence du tandem parent-enfant accrues: une meilleure hygiène, pas de problème d’érythème fessier et une meilleure digestion. Songez enfin à l’économie que cela représente pour vous et votre environnement !

Le fait d’être mère au foyer (entre autre), m’offre la position d’être totalement à l’écoute de mon bébé. Après presque 5 mois de tête à tête avec lui, je suis capable de dire quand il va faire caca. Je sais que lorsqu’il sourit en regardant dans le vide c’est qu’il va faire pipi … Je sais tout ça parce que Pti prince vit cul nu la plus part du temps. Oh mais rien à voir avec l’HNI, mais plutôt avec des fesses délicates. Alors pour éviter de voir le salon transformé en porcherie, nous avons appris avec mon Second à anticiper …

Alors oui, on pourrait mettre notre bébé sur le pot, ou sous un petit récipient comme le suggère Sandrine M-Zaffarano. On pourrait mettre Pti prince sur le pot toutes les 20 minutes, alors peut être qu’avec le temps il apprendrait à « attendre ».

Mais je reste toujours perplexe …

Je trouve l’HNI contraignante. Tout d’abord pour moi, en tant que parent. En tant que mère, je m’applique à répondre aux besoins de mon enfant. Je le nourrie, le soigne, je suis active dans son éducation. Mais avouons que l’HNI demande une concentration totale sur son enfant, et nécessite toute notre attention. Et malheureusement, ce temps là, je ne l’ai pas.

La critique principal de l’HNI est la contrainte pour l’enfant. L’enfant doit attendre qu’on le mette sur le pot. Il se sent obligé d’attendre … Et comme l’affirme la plupart des spécialistes, un bébé n’est pas en mesure de contrôler ses sphincters. Comment pourrait-il alors attendre le moment du pot pour pouvoir se soulager ??

A cela, Sandrine M-Zaffarano dit;

Ce n’est pas quelque chose qu’on fait à son bébé, mais quelque chose qui se fait avec lui.

Alors bien sûr, nous pourrions mettre en relation l’HNI et le langage des signes pour bébé. Ainsi, même un bébé pourrait exprimer à ses parents une envie urgente, en signant cette dernière. Mais malgré mon interet pour les bébés signeurs, j’ai bien peur de pas avoir le temps et la patience aussi d’être 100% à l’écoute de mon bébé. Je veux dire, dans le sens de n’être là QUE pour lui. Même si je suis une mère aimante, je suis consciente de ne pas être en mesure de le faire.

Sandrine M-Zaffarano propose aussi une HNI à mi-temps: le week-end, ou que à la maison … certaines mamans pratiquent l’HNI seulement pour la grosse commission.

Cependant, l’idée d’être à l’écoute de son enfant est très intéressante, et j’ai choisi de creuser d’avantage dans cette voie avec Pti prince. Je sais déjà que le fait qu’il vive cul nu à la maison amènera un début d’apprentissage de la propreté plus tôt qu’avec le Moustique, mais je ne voudrai en rien forcer ni frustrer mon enfant. Je suis pour le laisser appréhender les choses à son propre rythme …

Depuis quelques temps, nous avons commencé les bébés signeurs. Le Moustique adhère à fond, et signe déjà plusieurs mots. Avec Pti prince cela prendra plus de temps bien sûr, mais j’aimerai que mon bébé soit capable d’exprimer ses besoins sans frustration. Alors lorsqu’il décidera de me signer « caca » ou « pipi », alors oui, pourquoi ne pas lui faire rencontrer Mr le Pot ??

Et vous l’Hygiène naturelle infantile, vous connaissez ??

Les vendredis intellos c’est aussi par ici …

Publicités

33 commentaires sur « L’hygiène naturelle infantile »

  1. J’avais découvert cela en regardant un reportage sur l’enfance dans une tribu africaine. Les reporters expliquaient que les mamans ne sont pas salies par les excréments du bébé car elles savent quand leur enfant a besoin de se vider. J’étais épatée! Je ne pensais pas qu’on pouvait vivre proprement sans couche! Mais on l’a fait pendant des millénaires! Et maintenant ça revient à la mode! Retour à la nature. Et c’est bien meilleur pour la peau de bébé et pour la planète!

    1. il y a aussi des tribus où les enfants sont battus s’il se souillent. et c’est la peur d’être battus qui les poussent à être propre … je n’en ai pas parlé ici, je trouve cela assez choquant …

      1. Là, non, ce n’était pas le cas. Oui, c’est choquant!
        Les mamans lavaient ensuite leur bébé avec du lait de chèvre je crois… Je pense que c’était en Namibie… Enfin, bon, le principal c’est que l’enfant grandiddait sereinement!

  2. je ne connaissais pas. L’idée d’être à l’écoute de bébé me paraît une très bonne chose, répondre aux besoins de bébé c’est ce à quoi nous devons nous atteler, mais la notion de « conditionnement » me plait moins, et est-ce vraiment compatible avec notre quotidien? La propreté c’est une grande question, mais souvent on pense plus au confort des parents qui veulent se défaire de la corvée couche que celui de bébé, pas simple!

  3. Oui alors dans ce cas il ne faut pas sortir de chez soi.. un petit en poussette/porte-bébé/n’importe quoi qui veut faire caca au beau milieu du magasin (c’est à dire là, dans les deux secondes) on en fait quoi ? on le laisse se soulager au milieu du rayon laitages ? et si on est en train de payer à la caisse et que Junior signe comme un fou mais qu’on le voit pas, vu qu’on a autre chose à foutre pendant ces 10 secondes que d’avoir le nez sur lui, il se fait dessus ? et on n’a plus qu’à rentrer chez soi avec un beau caca qui dégouline du porte-bébé (dans le pire des cas) ou une odeur suspecte dans la poussette (dans le meilleur des cas) ?

    Je me méfie depuis longtemps de ces fausses bonnes idées, écrites par des gens qui n’ont probablement pas expérimenté leur propres dires, et qui font culpabiliser celles qui préfèrent ne pas se surcharger en devant surveiller leur enfant en permanence. Oui, on voit quand il est sur le point de faire caca c’est vrai, mais en général, on a 5 secondes devant nous pour réagir. Qui a le temps de ne jamais quitter son enfant des yeux durant 5 secondes ? pas moi. Vive les couches.

    1. je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait que cela n’est pas gérable à l’exterieur. comme je le dis, je ne me sentirai vraiment pas capable, physiquement mais moralement aussi, d’être attentive à 100%.cela demande beaucoup trop de temps et de rigueur.

      cependant, je pense mettre cela en place à la maison, pour le gros boudin noir^^ mais pas tout de suite, pour l’instant, le caca de bébé à encore une jolie odeur 😉

  4. J’en avais déjà vaguement entendu parler, et, je t’avoue que cela m’intrigue…Ce procédé a de nombreux avantages ( meilleure hygiène pour le bébé qui ne macère pas dans ses excréments, limitation des déchets…), mais ça reste contraignant comme tu le soulignes très bien… Le pratiquer de temps en temps à la maison semble être un bon compromis.

  5. oui, comme toi je me pose beaucoup de questions sur le but exact, et l’interet de l’HNI. si cela va dans le sens de l’enfant, comme par exemple les fesses sensibles de mon Pti prince, alors oui, pourquoi pas. mais il ne faudrait pas voir cela comme la perfection de l’enfant, ni une contrainte pour l’enfant, simplement pour soulager les parents.
    j’aimerai beaucoup receuillir le temoignage de parents pratiquants l’HNI

    1. L’hiver aussi il aura le cul nu ton fils, à la maison ? Et même les couches lavables, il ne supporte pas ? En tous cas, ça doit être marrant – surtout quand il marchera… j’adore voir mon bébé gambader ou courir cul nu dans la maison !!

      1. oui, il est presque toujours cul nu ! et j’adore ses petites fesses 😉 je lui mets des babyleggs, super pratique! sinon,oui il est en lavables, mais ses fesses sont quand même très sensibles.

  6. Je reste quand même perplexe parce que comme tu dis, je ne me vois pas passer mon temps le nez collé sur la tête de mon fils 24h/24 pour ne pas louper un excrément. Par contre, je suis tout à fait d’accord, il y a des signes qu’il va uriner ou faire caca, et on les connaît très bien à force (ça évite de se faire uriner dessus sur la table à langer à tout bout de champ ou ça permet de récupérer le caca avant qu’il tombe dans le bain… hummm glamour hein ?). Mais je ne suis pas tentée par cette « idée » non plus 🙂

  7. je l’ai pratiqué un peu, avant de reprendre le travail, et j’ai trouvé ça très facile au quotidien : je ne voulais justement pas que ça devienne une contrainte (en y passant tout mon temps ou en me mettant la pression là dessus) et au contraire cela a été profitable à tous.

    1. ton experience m’interresse. on lit beaucoup de choses sur l’HNI mais il est difficile de se faire un avis sans une expèrience concrète. tu voudrais me raconter ton expèrience ? ou si tu connais des parents qui pratiquent l’HNI quotidiennement ?? je voudrais creuser le sujet, savoir ce que cela apporte, et surtout pourquoi ??voici mon mail gwen-san@live.fr
      merci

      1. oui, on peut en parler, aucun souci ! j’essaie de t’écrire d’ici une dizaine de jours, n’hésite pas à me relancer par mail ou sur twitter si je tarde trop !

        tu as des questions précises ?

  8. Merci de ta contribution!!!! J’ai entendu souvent parlé de cette méthode… j’avoue que je l’ai classée sans suite pour le Gros-Plein-de-Lait, c’était juste une question de survie!!!
    Je ne sais pas trop quoi en penser…je pense que c’est bien de savoir que ça existe et je trouve ça assez intéressant de se dire qu’il est possible de se libérer des éléments matériels que la vie moderne nous présentent comme indispensables…

    Un élément m’aurait probablement rebutée: les petits bébés font souvent caca en tétant… je ne me serais pas sentie d’interrompre brusquement une tétée pour le faire chi** ailleurs que sur moi…!!

    1. je vais tenter de récupérer quelques temoignages. parce que je ne vois pas la portée réelle de l’HNI. pour le confort de bébé ?celui des parents ?? je suis indécise … ce n’est pas quelque chose que je pratiquerai, mais j’aimerai savoir ce que l’HNI représente vraiment pour les parents qui pratiquent.

      parce qu’on connait la nouvelle vague du maternage, et l’HNI semble surfer dessus …

  9. J’en avais entendu parler parce qu’une copine enceinte souhaite le faire dès la naissance de son enfant.
    Je pense que ça peut être intéressant mais que comme tu le dis, ça nécessite de ne faire QUE s’occuper de son bébé, mais une maman au foyer n’a pas forcément que ça à faire, malheureusement ! Et il suffit d’un moment d’inattention pour rater le bon moment… et puis, tu as raison, les tout-petits ne savent pas encore contrôler leurs sphincters alors bon….
    Je suis sceptique en fait, du temps de nos grands mères, elles utilisaient les couches (lavables) elles aussi.
    Super article, merci !!
    Bises

  10. Je suis personnellement absolument hermétique à l’idée de l’HNI. Pour moi ça signifie asservissement total de la mère, déjà qu’on l’est beaucoup dans les premiers instants de la vie du bébé et qu’on a bien du mal à trouver du temps pour écouter ses propres besoins, mêmes élémentaires, je ne me voyais pas me lancer dans cette méthode avec numéros 1 et 2.
    Qui sait, au bout du 5e ou 6e lardon, ça me titillera, quand je gérerais tout le reste de main de maitre ?
    Si tu as des retours de parents pratiquant et y voyant un réel intérêt (autre que financier), je serais très intéressée.

    1. justement, je suis en train de récolter des temoignages. j’aimerai comprendre la motivation et l’interet face à l’HNI. je ferai probablement un billet …

  11. Ça me paraît difficile à concilier avec la vie moderne en général. Je veux bien croire que c’est faisable techniquement, je comprends que dans les tribus ça fonctionne très bien, pas de problème. Mais on a un mode de vie tellement différent. Si ça foire autour du feu de camp sur la terre battue, c’est quand même plus facile à rattraper que sur un canapé en tissu. C’est probablement plus facile d’avoir toujours un œil sur son enfant lorsqu’on est 4 à préparer le repas, et pas juste une. Ou quand tatie surveille aussi.

    Je suis curieuse de lire les témoignages que tu pourrais récolter là-dessus. Je suis sceptique, mais je garde la porte ouverte !

  12. ben là, on se lance si on peut dire, pour une heure ou deux par jour (pour cause de poussées dentaire carabinée…)mais je ne vois pas trop comment je pourrais faire plus tout en faisant autre chose que jouer et surveiller fiston… Un pipi par terre, c’est pas trop grave et vite réparé mais si il commence à me tartiner son caca sur le lino, je sent que je vais rapidement me lasser….
    (mais faut avouer que « pas de couches » ça laisse rêveur(-se) ^^)
    j’essaierai peut être pour le prochain (ou la prochaine) dès la naissance… (déjà que la famille m’a limite traité de folle quand j’ai parlé couche lavable pour fiston… ça promets!)

  13. Ici on pratique à mi temps, quand j’en ai envie et quand je peux être connecté à mon bébé. Par contre je ne garde absolument pas les yeux en permanence sur lui ! J’ai d’autres choses à faire et lui aussi, a 15 mois il a d’autres centres intérêts que de rester avec maman. On fonctionne a l’instinct et à la proposition. Je vaque à mes occupations quotidienne et des pensées me traversent : mon loulou a besoin de faire pipi. Je m’interrompt quelques minutes et lui propose de faire sur le pot ou tout autre réceptacle (ce qui me prends moins de temps que de changer une couche, et évite de faire macérer bébé dans ses selles), en général il fait. Parfois il y a parfois des loupés, j’arrive trop tard et d’autres fois, il va seul sur le pot qui est en permanence dans le salon et lui cul à l’air.

    1. Avec ton experience de maman, je comprends que l’HNI ne fonctionne pas du tout dans la théorie, mais plutôt dans la pratique. Je pense qu’il faut voir les choses avec recul et l’experience de maman comme toi permet de mieux comprendre l’HNI. merci de ton temoignage.
      Et je confirme, les ptites fesses à l’air, y’a rien de mieux 😉

  14. Ici on pratique l’HNI depuis que notre fille à 6semaines. (elle à 10mois)
    je n’y vois pas d’inconvénient majeurs, à conditions de la pratique dans la « zen attitude » , c’est à dire de le faire avec amour et tranquillité.
    Notre fille à toujours étais « propre » depuis sa naissance, je l’ai donc remarqué très tot: pas de pipi la nuit ou alors elle me réveillé pour que je la change vite, jamais de pipi quand elle dors, jamais quand elle tète etc… nous nous somme donc naturellement tourné vers cette pratique,
    pourquoi apprendre au bébé à se faire dessus??? alors que ils savent très bien nous dire qu’il vont éliminer!

    l’HNI nous parais normal, c’est la continuité de notre parentage (oui j’ai bien dit parentage et non maternage, et non je ne suis pas une femme asservie dans son rôle de mère, badinter tu peux aller te rhabiller 😉
    Notre fille nous exprime ses besoins, ses envie, sa faim, sa fatigue, et tout aussi bien son envie de pipi ou de caca.
    Quand je vois des bébés portant une couche 2h voir même 3h, ou pire, je suis assez choquée de ce manque d’hygiène flagrant.
    Ma fille porte parfois des couches, mais elle est changée au premier pipi si on l’a raté. (et elle est continente la nuit depuis ses 6mois)

    C’est comme le reste, elle exprime des besoins, on y répond, nous avons décider d’avoir un enfant, nous l’assumons dans notre facon de répondre à ses besoin… au mieux!
    Personne n’est parfait, il n’y a aucun parent qui est 100% disponible, c’est impossible, mais on fait au mieux et toujours dans l’amour, le respect et la zen attitude!

    Pour ce faire, nous faisons un mix HNI/couche lavable.
    quand nous sommes frais et dispo (on va dire ca comme ca), et que nous pouvons avoir un minimum d’attention sur notre fille (mais pas besoin au také je vous rassure!) alors elle ne porte pas de couche.
    Elle a un pot, sur lequelle elle fais la majorité de ses pipis, et tout ses cacas.
    Si il y’a un raté, et bien… il y’a un raté! et alors??
    laver un pantalon ou une couche, c’est pareil. on essui et c’est repartie.

    Et quand on se sens pas dispo, fatiguée, en sortie, chez des gens, en voiture etc etc… et que on sais que on va pas gérer le truc, bah on lui met une couche lavable.
    La couche n’est la que pour éviter un accident « au cas ou », on ne se repose absolument pas sur le fait que la petite porte une couche pour arréter de répondre à ses besoins d’élimination! mais au moins si il y’a un soucis et qu’on rate un pipi et ben on reste cool!

    Nous on prend l’HNI comme ca, il faut pas en faire une course à la propreté ou un dressage, c’est uniquement une relation de communication, avec ses hauts et ses bas, rien de plus.
    Il n’y a aucun conditionnement ou punition qui pourrais faire peur à l’enfant (comme on le vois dans certain pays, ce n’est pas l’HNI ca!!!) , nous de toute façon nous élevons notre bébé sans punitions (ni récompenses d’ailleurs), juste de la communication.
    Mais je peux vous garantir que quand cette relation parent-enfant est nourie au quotidien, on se sens vraiment bien, avec une estime de nous plutôt bonne (ce qui est pas toujours évident en tan que jeune parent, ca fait du bien!).

    1. merci beaucoup pour ce commentaire !! et surtout de me raconter ton experience de l’HNI car je pense que c’est quelque chose de peu connu et souvent mal compris. Ton experience est tres interressante, et j’en apprends un peu plus sur l’HNI, qui pour moi reste assez théorique pour l’instant. Je comprends très bien se rapport d’écoute avec l’enfant, et on sent une certaine sensiblité chez toi et dans le rapport avec avec ta fille.
      Ce qui me fais peur dans l’HNI c’est ce côté « etre disponible » pour son enfant, qui peut presque être tradui par « être esclave ». Mais je constate par ton experience que non pas du tout, le fait de voir cela comme une relation dans le respect de soi et de son enfant, cela semble plutôt naturel.
      accepterais tu d’écrire un biller sur ton experience ?? ou je peux reprendre ton commentaire si tu veux. Avoir l’esperience d’une maman, avec ses mots à elle, pourrait ouvrir le débat, et mieux comprendre le sens de l’HNI. en tous les cas merci beaucoup de m’avoir fait partager ton experience.
      je te laisse mon mail si tu veux m’envoyer ton billet : gwen-san@live.fr

  15. J’en avais entendu parler par un couple d’amis qui le pratique au quotidien, apparemment il y a un certain temps de rodage au delà duquel les parents et le bébé se calent..
    Il faut avoir un dégainage de pot super rapide mais apparemment une fois que cela fonctionne c’est super..le reste du temps la petite est en lavable et tout se passe super bien.
    Personnellement je ne me sentais pas le courage d’être en permanence sur le qui-vive car les moments de repos sont déjà assez rares sans notre vie de parents..
    Ton article est très intéressant et je passerais lire le 2nd si tu réunis des témoignages de parents…pourquoi pas dans une autre vie 😉

  16. j’utilise des couches lavables pour mon fils de 8 mois et ce depuis sa naissance. En parallèle, un peu d’hni car je n’aime pas le laisser dans sa couche constamment. J’ai commencé en remarquant qu’il ne faisait que rarement ses besoins en dormant et jamais pendant la tétée mais après. A l’époque, je ne connaissais pas du tout l’hni, j’ai donc agit d’une manière qui me semblait logique. Puisqu’il faisait ses besoins à des horaires réguliers, et que je voyais bien ce qui allait arriver, pourquoi ne pas lui proposer un petit pot ? Et cela fonctionne très bien en journée. La nuit, je lui met une couche lavable par sécurité car j’ai un peu peur quand même, quoique en cas de fortes chaleurs je ne lui en mets pas. Je ne le laisse pas cul nu pour autant, je l’habille pratique, c’est tout.
    Ma mère faisait la même chose et tous ses enfants ont été entièrement propres la journée entre 11 et 12 mois et la nuit à partir de 18 mois. De plus, le fait de ne pas être lourds et patauds à cause d’une grosse couche en permanence nous a permis de marcher plus tôt (10 à 11 mois en moyenne). Dès que nous avions bien notre équilibre, les couches étaient définitivement enlevées « si tu sais marcher, tu marcheras jusque ton pot » telle était la devise de mère n’en déplaisent aux pédiatres débiteurs de foutaises d’escaliers ….
    Ma grand-mère et sa mère aussi faisait la même chose : si elles ne voulaient pas laver des langes souillés pendant des années, il le fallait bien. Elles travaillaient (à la mine et emmenaient leur bébé avec elles)) et avaient une existence bien plus dure et occupée que nous.
    La couche jetable nous a rendu fainéantes et maintenant il n’est pas rare de voir des enfants se promener avec un gros paquet au derrière jusque des 2/3 ans.
    Je pense également que quelque soit la méthode et quoi que nous puissions en dire, l’apprentissage de la propreté et bel et bien un conditionnement.

    1. C’est un peu pareil chez nous, on met les bébés au pot dès 6 mois, pas par dressage mais pour proposer une alternative à bb qui découvre qu’il peut faire pipi/caca ailleurs que sur lui!
      Comment le saurait-il si on ne lui montre pas!

      BB1 propre de jour à 13 mois (avant pr le caca car il criait jusqu’a ce qu’on lui enleve la couche!)
      BB2 va chercher son pot depuis ses 14 mois (je n’ai pas eu le tps de m’en occuper autant que pr bb1 car je travaille, et quand je suis à la maison, notre fils est en slip… et la serpilliere à dispo!) pas de caca a coté mais pour pipi il n’anticipe pas encore, alors tant pis, c’est deja bien.
      Pour le 3eme ce sera pareil que pr bb2, pour bb1 j’étais très centré sur lui et comme je passais mes journées avec, je le connaissais par coeur et je pouvais répondre à ses besoins.
      Mais je pense que c’est « trop », je me prend moins la tête pour le 2eme!

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s