Le laisser pleurer ?? Mais pour lui apprendre quoi ?!!

Je voulais revenir sur cet article que j’avais écrit pour les Vendredis Intellos. « Les pleurs de bébé » , vaste sujet, souvent au centre des préoccupations et discutions des jeunes mamans. Il y a aussi cette fameuse question  » Il fait ses nuits ??! «  à laquelle on ne sait jamais trop quoi répondre, puisque dans tous les cas, on sera assommé de vieilles citations à la con du style,  » laisse le pleurer, ça va lui faire les poumons !! »

J’ai écrit cet article, déjà maman de 2 enfants. Et plus d’un an après, ma vision n’a toujours pas changé : Non, je ne laisserai jamais pleurer mon enfant. Non un enfant ne pleure pas sans raison. Et non, apprendre l’abandon et la résignation à un enfant ne lui fera pas de bien.

**********

Je me suis souvenue d’un bouquin que vous connaissez certainement « Le concept du continuum » de Jean Liedloff

« A ce stade précoce, ses exigences (du nouveau-né) sont très importantes. Comme dit précédemment,s’il n’est pas à son aise, il est incapable d’espérer l’être plus tard. Il ne peut pas comprendre que Maman revient dans deux minutes, lorsqu’elle le laisse seul. Pour lui, le monde se met à tourner de travers et ses conditions de vie sont intolérables. Il entend et accepte ses propres pleurs […] Mais si on le laisse pleurer trop longtemps, si la réaction qu’il veut susciter n’a pas lieu, ce sentiment disparaît, cédant la place à la désolation extrême, où il n’y a ni temps ni espoir. »

Je n’ai jamais laissé mes bébés pleurer. Mon aîné était un bébé très demandeur, je ne pouvais pas le séparer de moi, il dormait contre moi, vivait collé à moi, personne d’autre ne pouvait le calmer. Il lui arrivait de pleurer toute une soirée, j’ai eu plus d’une fois envie de le ramener pour vice-de-forme !^^ Mais je prenais sur moi, m’endormais avec lui, je pleurais moi aussi tellement la fatigue me rongeait. Malgré les avis de mon entourage, je n’ai jamais eu le coeur de le laisser pleurer, pas le courage d’entendre mon bébé pleurer sans cesse, hurler, voir ses larmes couler.

Mais j’avais du temps pour mon bébé. l’aurais-je fait si j’avais eu dans les jambes une journée de boulot ?? Aurais-je eu la même patience ?? Pendant les premiers mois du Petit d’homme, je n’étais là que pour lui. Il était ma seule préoccupation. Je n’avais pas le stress du boulot, ni la fatigue d’une journée à courir partout. J’étais à son entière disposition. Je n’étais qu’une maman, répondant à toutes les sollicitations de mon bébé. Je suis certaine que je n’aurais pas pu répondre à tous ses besoins de proximité si j’avais dû aller travailler. Pour preuve, lorsque j’ai repris le boulot, le rituel du coucher c’est beaucoup raccourci, certains soirs, il me tardait de le voir dormir. Ce n’est pas égoïste, simplement humain. Vouloir penser à soi est une attitude de survie, et même si le rôle de la mère est de veiller au bien être de son enfant, si l’on s’oublie, l’enfant ressentira forcement ce mal être.

Laisser pleurer un bébé sans chercher à l’apaiser, à le comprendre, je ne suis pas pour. Certains parlent de pleurs de « décharge », ce besoin qu’on certains bébé de se vider du stress de la journée, de leurs angoisses. Je peux vous dire que petit d’homme se déchargeait en permanence lui !! Il avait pourtant toujours autant d’énergie ! Il y a eu les coliques, mais là encore, vous aimeriez que l’on vous laisse agoniser dans votre coin, sans chercher à vous réconforter ni vous soigner ??

Pourquoi ne pas le laisser pleurer ?? Laisser pleurer son bébé, voir si ces quelques minutes de « lâchage complet » lui font du bien (même si j’en doute) … Sans doute certains bébés en ont vraiment besoin, pour ma part, je n’en connais pas.

« […] Le bébé est devenu une sorte d’ennemi que la mère doit vaincre.Il faut ignorer ses pleurs pour lui montrer qui est le maître. Leur relation (mère/enfant) est basée sur l’idée que le bébé doit à tout prix se conformer aux volontés de sa maman. […] Tout cela sous le prétexte qu’on le gâterait en satisfaisant ses désirs et qu’on le socialiserait ou le soumettrait, en s’y opposant […] »

Il ne faut pas jeter la pierre trop vite. Laisser un bébé pleurer ne signifie pas l’abandonner, si l’on est près de lui. Il faut sans doute trouver un juste milieu. Rester près de l’enfant, si vraiment le prendre dans les bras signifie pour vous « réponde à ses caprices » (encore un terme qui faudrait redéfinir pour certains^^). Mais laisser un enfant hurler dans sa chambre, et vaquer à ses occupations comme si de rien n’était …. je trouve cela affreux. Bon, bien sûr on ne te demande pas d’aller pisser avec ton bébé dans les bras sous prétexte qu’il pleure, (que celle qui n’est jamais aller aux toilettes avec le bébé dans l’écharpe lève la main !! ) il ne faut pas non plus arrêter de vivre normalement !

Je comprend tout à fait qu’une maman de plusieurs enfants n’ait pas le temps de passer 1h à bercer son bébé pendant que les plus grands jouent à Titanic dans la salle de bain. Parfois on ne sait plus quoi faire, bébé hurle, les grands en profitent pour refaire la déco, l’homme à bout de nerfs ne supporte plus d’être dans la même pièce que vous … Alors avant d’en arriver au Burn out, laisser pleurer est souvent la première idée !

Éduquer un enfant, c’est aussi le socialiser…

Quoi de mieux que de le faire participer à la vie de famille ?? Le portage offre une super alternative à cela : avoir bébé contre soi, lui serein et la maman avec ses 2 mains libres ! personnellement l’écharpe a sauvé mon équilibre psychologique à la naissance de Gizmo !! L’enfant doit évoluer « dans » notre vie, et non dans une bulle à l’écart.

Il ne faut pas prendre pour une fatalité le fait que bébé ne veuille pas dormir. Combien de fois Petit d’homme a participé à nos soirées télé les soirs de grandes vocalises ??!  Il ne veut pas faire de sieste ?? Ok, il dormira mieux ce soir !

Savoir prendre du recul, mettre au placard la culpabilité et surtout agir comme on le sent le mieux, c’est selon moi la meilleure des solutions, et la plus belle preuve d’amour. 

Publicités

37 commentaires sur « Le laisser pleurer ?? Mais pour lui apprendre quoi ?!! »

    1. c’est la pire des prise de tête je pense !! et on entend de tout et du n’importe quoi. Il faut agir comme bon nous semble, et craquer devant un bébé qui n’arrive pas à se calmer, c’est humain, il ne faut pas culpabiliser.

  1. Je n’ai jamais compris cette notion de pleurs de décharge et surtout de la nécessite (selon certains) de laisser pleurer bébé tout seul dans son coin… Je suis incapable de laisser pleurer un enfant tout seul dans son coin. Pas seulement le mien. Un bébé qui pleure me donne envie de pleurer. Je me sens mal je transpire. C’est d’ailleurs pareil pour une femme enceinte. J’ai de suite envie de la prendre dans mes bras. Même si elle n’a rien demandé et se porte comme un charme… Bref pour moi il y a déjà tellement de peine sur terre que je pense que chacun à droit à un peu de réconfort, surtout les plus fragiles. Et puis ça ne casse pas trois pattes à un canard que de consoler un bébé qui pleure.

  2. « Savoir prendre du recul, mettre au placard la culpabilité et surtout agir comme on le sent le mieux, c’est selon moi la meilleure des solutions, et la plus belle preuve d’amour.  » => tout à fait d’accord!
    j’ajouterai juste : se faire confiance!!

    1. c’est vrai qu’avoir confiance en soi ça aide énormement. surtout à savoir dire non voir « merde » à tous ces on-dits et absurdités. Pas toujours évident de se faire entendre, surtout pour une jeune maman.

      1. Se faire confiance et faire confiance à son bébé. Et mieux vaut laisser pleurer un peu bébé que d’être à 2 doigts de le secouer… Bref, la solution : faire de notre mieux avec tout notre Amour de parents, et se moquer des avis des autres. Suivre ses propres convictions. Toujours.

  3. Qu’est-ce que j’en ai des choses à dire avec ce billet très intéressant!!! Je retiendrais un de ceux qui me tiennent le plus à coeur: la remise en question de la vision manichéenne des rapports avec son bébé, il est possible d’interagir avec son enfant sans gagner ou de perdre!!
    Merci pour cette contribution et à ce soir pour le débriefing (je stresse!!!) :))

  4. Ici c’est pareil, on ne laisse pas pleurer notre Crapouillette, ou alors, très très peu… Parfois, elle chouine un peu, ça dure quelques secondes, une minute. ET puis elle s,’endort… Si elle ne veut pas dormir, ne veut pas rester dans son lit et pleure, alors on retourne la chercher. Et on retente, quand c’est le moment pour elle.
    Moi je connais les pleurs de décharge en fin de journée, ça arrive rarement maintenant, mais ça a pu arriver quand elle était très fatiguée, énervée. On les accueillait dans nos bras… Et parfois, elle avait besoin de continuer à décharger dans son lit… Mais encore une fois, jamais plus d’une minute. Je sais très bien différencier les pleurs et les chouinements de « je cherche le sommeil ».
    Moi parfois, c’est un peu le contraire de ce que tu dis, j’étais plus patiente quand j’avais travaillé toute la journée, car j’étais contente de passer enfin du temps avec ma fille donc je prenais plus sur moi, et si la soirée durait un peu plus avec elle, j’étais plutôt contente! Tandis que quand je passe la journée seule avec elle, j’ai hâte de profiter de ma soirée en amoureux, alors je suis plus pressée (mais je prends mon mal en patience hein!). Comme quoi ^^

    1. c’est vrai que moi aussi j’avais hate de retrouver mon bébé apres ma journee de boulot. mais j’étais vraiment très fatiguée, je manquais parfois de patience.
      j’aime les dimanches en famille, cocoon sur le canap et gouter dans l’herbe! beaucoup moins stressant et ça se ressent sur bébé je trouve.

  5. Ô comme j’aime !!! Merci pour ce billet qui met des mots et un concept sur ce que je pratique d’instinct. Concept du continuum, je ne connaissais pas, mais quelques unes vont se le prendre en pleine figure aux prochaines » remarques » qu’elles me feront ! 😀

  6. Je n’ai pas le souvenir d’avoir laissé pleurer les miens aussi. Je pars du principe que le bébé ne parle pas, mais s’exrpime par les pleurs (ou par les gazouillis quand il est bien). S’il a quelque chose à me dire, je l’écoute. Comme si on laissait les grands parler dans le vide, c’est ridicule (réponse toute prête pour les reproches éventuels de BM grincheuse). Donc le bébé me parle à sa manière, et moi je tente de savoir ce qui ne va pas.
    Merci pour cette idée de lecture!

  7. Mais laisse le pleurer, ça lui fera les poumons…euh, ah ouais, d’accord…bah il les fera plus tard ses poumons si c’est ça!!! je ne supporte pas que mon petit niaf pleure. Maintenant, effectivement il y a un moment où il faut trouver un juste milieu…je ne me précipite plus au moindre bruit suspect de larme…Surtout qu’il commence à la jouer comédien. Mais si je ne peux pas l’avoir de suite contre moi, je parle, je chante…et je suis persuadée que le fait de ne pas l’avoir laissé pleurer en fait un bébé plus serein…

    1. de toute facon le moindre pretexte pour faire un câlin, moi je le prend !!^^
      ah le coup des poumons, un incontournable !! « ça va lui faire la voix! », est très frequent par ici aussi !

  8. Je pense que lorsque les gens disent « laisse le pleurer » ça veut dire : « ne te précipite pas tout de suite pour le prendre à bras »… Du moins je l’espère ! 😉

  9. J’aime cet article.. et non je n’ai pas laissé ma fille pleuré, et je ne laisserai pas pleuré bébé2 non plus.. Le truc est qu’on se prends pas mal de réflexion « Faut le laisse pleurer », « tu l’écoutes trop » … euhh oui désolé de vouloir écouter mon bébé, de l’aimer… Bref, ma fille aujourd’hui à 16 mois et elle dort toute seule, dans sa chambre depuis ses 6 mois, et y’a aucun soucis.

  10. Hmmm, sujet polémique comme beaucoup de sujets sur la maternité…
    Moi aussi je suis passée pour une mère soumise qui se ferait mener par le bout du nez par ses enfants parce que je ne les laissais pas pleurer…
    J’ai balayé chaque remarque d’une observation bien salée à chaque fois, on ne m’a plus jamais rien dit, même s’ils le pensaient tellement fort qu’on l’entendait 😉
    J’aimerais juste qu’on se rende compte qu’un bébé est une personne à part entière qui est totalement dépendant de nous.
    Et comme je le disais à une amie, une fois où elle se demandait si ça ne serait pas mieux de laisser pleurer bébé parce qu’elle ne pouvait rien faire pour ses coliques : »aimerais-tu savoir que ton mari est dans la pièce d’à côté t’entendant pleurer mais ne venant pas te soutenir, te montrer qu’il est là pour toi? que ressentirais-tu dans cette situation ?… »
    Après, moi, ce qui se passe chez les autres, ça m’est bien égal ! Je suis en accord avec mes choix, avec mes enfants et c’est là tout le principal.
    Et le concept du continuum est dans ma liste d’envies Amazon depuis bien longtemps mais je n’ai pas encore eu l’occasion de le lire.
    Merci pour cet article en tout cas !

  11. merci mumaddict. j’ai commencé par lire l’article de mademoiselle maman, j’ai eu peur! oui pour leur apprendre quoi? qu’en pleurant, il ne sera pas ecouter? imagine en parlant… Comme tu dis, apprendre a se résigner. Est ce qu’il faut apprendre à être un mouton? bref vous aurez compris mon point de vue.

  12. j’ai essayé de la laisser pleurer et pareil je n’y ai pas vu d’intérets! Maintenant elle a 2 ans et je n’en ai pas fait une petite capricieuse ni chouinouse! J’ai aussi la meme optique pour la sieste! Elle la fait: tant mieu! Elle l’a fait pas? tant pis!
    bon, mon modèle ne dort pas à 21h 😦 sniffffffffffffffffffff mais a priori c’est dans son caractère (comme le mien d’ailleurs) couche tard lève tard! Mais tant mieu!! au moins je suis le film du soir et je peu dormir plus tard que 6h le matin 😛

  13. je nai jamais compris pourquoi on devait laisser pleurer bébé, nimporte quelle mère ne peut supporter pas la détresse de son bébé! un bébé ça a besoin detre rassurer, collé serré à sa maman, il a vécu 9 mois en symbiose avec elle , il lui faut donc beaucoup de temps avant dêtre serein.
    j’avais vu un reportage flagrant sur des bébés qui en orphelina on les laissait pleurer, et bien il regressait dans leur evolution jusqua la prostration, alors que dautre auxquel on prodiguait réconfort et amout évoluant tout à fait normalement! alors calinont nos loulous!!!!

  14. Complètement d’accord !!!
    Et même si, mettons, il existe des pleurs de décharge comme certains disent, il est hyper important d’accompagner l’enfant dans ses pleurs. Donc le prendre dans ses bras !
    Perso j’avais adoré le livre « Ne pleure plus bébé » de Claude-Suzanne Didierjean-Jouveau pendant ma grossesse. Il m’a ouvert les yeux.

    Les gens ont parfois des problèmes avec la notion d’attachement. Et il faudrait que les bébés soient ‘autonomes’ dès la naissance, indépendants. On perd la notion de l’âge de l’enfant. (je le vois surtout avec mon aîné qui a 3 ans, on lui demande presque d’être adulte, responsable)

  15. Article qui donne de l’oxygène et qui nous fait nous souvenir que nous ne sommes pas seule à penser avec logique. Merci pour cela…Par contre la question est : Pourquoi les gens sont si majoritaires à penser l’inverse, on dirait que le monde a toujours pensé de façon étrange vis à vis de la dyade mère enfant?

    1. Je me suis souvent dit qu’à moi, ‘on’ venait me faire des réflexions sur ma façon de faire (on=n’importe qui!).
      Alors que j’ai rarement vu quelqu’un qui hurle sur ses enfants avoir des réflexions d’inconnus…

  16. Merci pour ces mots !
    C’est exactement ma vision des choses et j’ai moi aussi beaucoup entendu ces fameux conseils de personnes expérimentées ou non !
    J’ai l’impression de lire mon parcours, ma vie entre parenthèse pendant des semaines, voire des mois … Je ne regrette rien, ma fille à 19 mois et va bientôt avoir un petit frère, je ne laisserai pas pleurer mon BB quoi qu’on me dise car n’en voit pas le bénéfice ou l’intérêt !
    Mon pédiatre m’a aussi beaucoup déculpabiliser : « il n’y a pas de bonnes ou mauvaises façons de faire, le mieux c’est ce qui vous convient à VOUS trois  » !

  17. C’est vrai on entend de tout , toute sortes de conseils , il m’est même arrivé de lire ou d’entendre des choses culpabilisantes . maman d1 garçon de 6 ans et de jumelles de 3 mois , les élevant seules 2 mois sur 3 car le père en déplacement , il m’arrive souvent de laisser pleurer mes filles , non pas pour donner 1 leçon ou pour leur apprendre queque chose , mais parceque je n’ai pas d’autres CHOIX , et oui faut que la maison tourne , s’occuper aussi du grand qui plus est à des problèmes de santé alors quand on a un enfant qui pleur il est plus facil de venir le calmer .
    Je ne culpabiliserai PLUS de laisser mes enfants pleurer , car je sais que ce n’est pas çe qui fait de moi une mauvaise mère .
    Je fais le maximum et de mon mieux pour eux , c ce que je leur explique et je suis convaincu qu’ils comprennent …

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s