Plaisir partagé … ou pas !

Passer 2h à faire un gâteau pour le goûter des Minis et s’entendre dire que le kinder c’est mieux, que non ils n’ont pas envie de gâteau au chocolat mais plutôt à la fraise, que beurk les noisettes qu’on a eu la bonne idée de mettre dedans, c’est pas bon, puis qu’en plus le gâteau il fait des miettes et que c’est nul … On l’a tous vécu (ou ça viendra).

Oui nos enfants sont ingrats, sachez-le. Il est déçu de ne pas avoir le super gâteau à dix étages moitié crème fouettée moitié brownie, avec les smarties partout et le double supplément caramel … et bien nous aussi, mamans (ou papas), nous somme déçus. Parce qu’en dépit de notre fatigue qui atteint des profondeurs insondables, de nos nerfs mis à rude épreuve entre les couches qui explosent, les chouineries, les combats de Lego et les disparitions de chaussettes, nous avons pris le temps de faire un gâteau. Une chose toute simple pour leur faire plaisir, à eux, à la fois Merveilles et Démons à nos yeux.

Prendre du temps pour eux alors que l’on pourrait penser à nous. Finir de tuer le demi-brushing en se foutant de la farine partout, battre les œufs en pensant à la machine de linge à venir, remuer son boule sur le générique de Trotro en tartinant le glaçage. Parce qu’on aurait pu gentiment se vautrer sur le canapé, entre le paquet de coton et le linge à plier, appuyer machinalement sur la télécommande, et se repaître du spectacle de parents Ô combien bien pire que nous … quoique.

Mais ils ne sont pas contents. Pas satisfait, et toi, tu as envie de pleurer, voir même, le Mini devient hostile.

Le déguisement ne ressemble jamais assez à Superman, la tour de Lego n’est jamais assez haute, en fait maintenant il aime plus Tchoupi il préfère Franklin … c’est un perpétuel recommencement de déceptions et de quiproquos.

plaisir partagé ... ou pas

Tu te souviens peut être de la sortie ciné. Dragibus-coca-popcorn. Le Mini qui est à la fois impressionné et plus excitée qu’une ado à sa 1ère boum. Toi parent, tu savoures ce moment avec ta Merveille, un moment de complicité immortalisé par le ticket de ciné que le Mini refuse de lâcher, promettant de dormir avec toute la vie. Et le film se passe, même pas une pause pipi, le paquet de bonbons est vide et la star du jour ponctue la dernière scène par un rot rempli de soda et de béatitude. Tu es heureux, parent, tu ne marches plus, tu voles, tu as le sourire jusqu’aux oreilles, tu transpires le bonheur … Et c’est ce moment bien précis que le môme choisi pour te mettre à terre :

–  » Alors mon chéri, ça t’a plu ? C’était génial hein ??  »

Et là, dans le reflet du rétroviseur, sans même lever les yeux …

–  » Mouais … mais les dinosaures c’est pas des vrais hein (…) et ça c’était pas bien (…) On pourra regarder un dvd à a maison ?!  »

Mais pourquoi, pourquoi tu as demandé s’il avait aimé le film ?? Si tu voulais vraiment te faire du mal, il fallait simplement t’étouffer avec les grains de maïs au fond du paquet de pop corn !

Oui, parfois nos enfants sont durs, et ça nous blesse. Parfois on se plante sur la couleur du cadeau d’anniversaire et on déclenche un tsunami. On s’en veut, on est prêt à retourner tous les Toys R’us sur notre route, pourvu que le descendant soit heureux, comblé. Parce qu’il ne faudrait pas en faire des frustrés hein, qu’importe si on en perd la boule, au moins eux, ils seront bien.

Puis je me demande d’où peut venir ce besoin de reconnaissance . La peur de mal faire sûrement. Cela nous renvoie directement à nos compétences en tant que parents. Mais ne pourrions nous pas nous tromper parfois ?

Nos enfants ne savent pas faire semblant. Leurs émotions se lisent sur leurs visages. Mais ils peuvent comprendre notre déception, et c’est à nous de prendre du recul, même si parfois c’est pénible.

Je n’aime pas réclamer les « je t’aime », ni les bisous. Je suis parfois déçue que quelque chose ne leur ait pas plu. Vexée quand ils retournent leur chambre en 5min alors que je passe des heures à la ranger, à la rendre jolie. Eux ne voient qu’une chambre pleine de jouets, de jolis couleurs … et ils font ce que tous les enfants font quand ils se sentent bien, ils jouent, tout simplement.

Dans ces grands moment de solitude, il ne faut pas hésiter à ressortir les colliers de nouilles, les peintures à doigts et autres fresques … Et oui, eux aussi leurs cadeaux ne sont pas glorieux, mais ils sont fait avec amour … tout comme le gâteau écrasé sous la chaise haute.

Publicités

17 commentaires sur « Plaisir partagé … ou pas ! »

  1. ca promet 🙂
    je crois aussi qu’il faut qu’on fasse le deuil de toutes ces attentes qui nous mettent par terre. Arre^ter de rêver l’enfant idéal et prend le petit paquet qu’on nous a livré tel quel.
    Mais je crois aussi qu’il ne faut pas hésiter, parfois à leur dire que cette petite remarque la, ca fait de la peine à maman. Pas pour les culpabiliser, mais pour leur apprendre un peu de tact. Enfin, quand ils seront plus grands 🙂

  2. Je crois que c’est nous parents qui avons trop d’attente de reconnaissance. Parfois on en fait des caisses alors que l’enfant a rien demandé et on lui reproche après de ne pas nous remercier. (c’est du vécu hein) Alors maintenant je fais les choses pour ME faire plaisir d’abord. 😉 (ou s’il me demande quelque chose de particulier)

  3. Très juste ton article.
    Un libraire m’a fait remarquer dernièrement, à juste titre, alors que j’hésitais entre 2 livres, que celui qui me plaisait le plus n’était pas forcément vu de la même façon par ma fille. L’esthétique, le message…
    Nous mettons effectivement des symboles dans ce que nous faisons, une représentation de notre amour etc. Les enfants vivent les choses plus simplement.

  4. j’adore cette franchise de l’article (pas des enfants), ma fille a encore que deux ans donc pas de réponse claire hein quand je lui demande si elle a kiffé grave 🙂 mais je prends note de prendre du recul et de garder tous les colliers de pates possibles!!

  5. je me rappelle d’une bûche de noël faite pour l’école de ma fille quand elle avait 6 ans,j’en avais suez à faire la génoise,le fourrage au chocolat et le glaçage ou j’avais eut la bonne ou mauvaise idée de mettre un peu de menthe.Ils en ont pas mangé car ça salissait…ça m’a fichu un petit coup mais au moins je me suis éclaté et même encore mon ado n’aime pas certain gâteau que je fais car c’est pas comme à la pâtisserie(ta mère elle est pas pâtissière hein^^).Bref nos enfants sont ingrats et on doit s’y faire(mais c’est dur)

  6. Je ne connais pas encore tout ça, mais je trouve vraiment l’article joli. Ca doit être sincerement vrai, mais l’amour est la. De toi à eux, de eux à toi. D’une maniere differente, mais de l’amour. Et ça c’est magnifique 🙂

  7. c’est si vrai! combien de fois ai-je été moi aussi déçue de leur réaction alors j’avais bêtement pensé que les choses en grand que je leur avais préparé allait leur plaire plus que de raison…..

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s