Pardon pour la fessée !

Je comprends la fatigue, je comprends le manque de patience, je suis moi même parfois au bout du rouleau, l’envie de crier « stop » au creux de l’estomac. Je comprends que l’on puisse s’emporter, crier, pleurer, se sentir désarmé …

Mais non je ne comprends pas ce geste qui fait mal, ce geste de désespoir ou volontaire, cette main qui veut humilier, faire mal. La fessée. Non je ne cautionne pas la fessée. 

La fessée n’apprend rien, elle fait mal. La fessée ne répare pas l’objet cassé, elle casse la confiance que notre enfant nous porte. La fessée n’apprend pas à ne plus frapper le copain, elle incite à se faire respecter par la violence.

Alors bien sur, on demande Pardon. Parce que c’est mal, parce que l’on sait qu’on aurait pas dû, parce que le silence de l’enfant face à ce geste de méchanceté nous renvoie toute l’atrocité de la situation. 

Je demande Pardon d’avoir crié lorsque je me suis laissée emporter. Je demande Pardon à mes enfants de ne pas avoir réussi à garder mon calme, d’avoir cru à tort que parler plus fort que tout le monde m’apporterait une quelconque supériorité. Je demande Pardon pour ne plus recommencer, mais je ne minimise pas mon acte pour autant, j’en prends conscience, et mes enfants aussi.

Cela fait plusieurs fois que je lis ou entends une absurdité qui me rends finalement bien triste pour les enfants qui la vive au quotidien :  » Ce n’est pas grave, tu as craqué, tu as le droit, dis que tu es désolé et on oublie ». Demande Pardon pour la fessée et c’est oublier. Voilà que l’on peut blesser, humilier, rabaisser … mais du moment que l’on demande Pardon c’est oublié.

Crier, pleurer, claquer une porte … se sont des actes fait sur le vif de l’instant, instinctifs, ils ne sont pas réfléchis. Je n’ai pas réussi à garder mon calme, oui j’ai craqué et je suis désolée.

Prendre le temps de déculotter un enfant, le fesser, ça c’est un acte réfléchi, calculé. Non je ne peux pas pardonner un tel acte. Non on ne peut pas demander pardon à son enfant et oublier ensuite. Parce que si cela donne bonne conscience à celui qui a levé sa main sur un être innocent, l’enfant lui n’a pas oublié. Il n’aura pas oublié l’humiliation, la douleur, la tristesse, la rancœur. Il n’aura pas oublié la haine qu’il aura entrevu l’espace de quelques secondes dans les yeux d’une personne qu’il aime. Il vous dira qu’il vous pardonne, que l’on oublie, peut être même qu’il vous embrassera … par peur que cela ne recommence. Mais quand il s’assoira sur son lit, la fesse douloureuse, il n’aura pas oublié.

Alors oui, excusez vous de votre geste, mais non il n’est pas pardonnable. Préméditez un tel acte dans l’espoir de vous faire respecter n’est pas pardonnable.

Continuellement je vois des parents cherchant ce pardon entre amis, sur les réseaux sociaux … Alors dîtes leur, dîtes leur que c’est grave, qu’on oublie pas. Arrêtez de vous chercher des excuses, arrêtez d’accabler sans cesse ce bon vieux Burn-out qui doit en avoir ras le bol qu’on lui mette toutes nos erreurs de parents sur le dos !

Assumez, et apprenez à communiquer autrement que par la violence. Mettez vous à la place de votre enfant, et si vous l’entendiez dire :  » Ho j’ai cassé son vase mais c’est pas grave, j’ai demandé pardon ! Demain j’en recaserai un et je demanderai encore Pardon ! »

A moi aussi on m’a demandé pardon, mais je n’ai jamais oublié …

contrelafessee2

Publicités

17 commentaires sur « Pardon pour la fessée ! »

  1. Très joliment dit. Très joliment Expliqué. Parce qu’on oublie, pourquoi la fessée n’apporte rien. On oublie les traces invisibles qu’elle laisse. On oublie, et on recommence…

  2. pas completement d’accord avec toi
    une fessée n’est pas toujours un acte prevu,en deculottant l’enfant
    ca m’est arrive avec ptit sable, je lui ai mis une fessee, comme j’aurais pu claquer une porte, sans reflechir
    je m’en suis voulue+++, (je n’en ai jamais mis a ma grande de 5ans et demi), ca m’a permis de me repositionner face a ca
    oui ca fait mal, physiquement et moralement (pour l’enfant et pour le parent); et surement qu’en en parlant, le parent cherche de l’aide, pour savoir comment appréhender, la prochaine fois
    si deja, il trouve ne pas avoir bien fait, c un bon debut, et il faut plutot lui donne d’autres clés pour mieux reussir
    quand a la « fesse d’education », c clair qu’elle est inutile; et j’en ai vu tres souvent en creche, par les parents (tu n’as pas le droit de taper, en donnant une tape sur sa tete; moi je ne peux pas mais maman peut, pas simple pour cet enfant :/ )

    1. En général, la fessée c’est la facilité. La volonté de ne pas aller plus loin. Si tu te dispute avec ton mari ou un autre adulte, tu vas lui expliquer ton point de vu, parler avec lui, prendre le temps de comprendre … si tu t’énerve parce qu’il ne comprend pas, tu vas lever la main sur lui ? Je ne pense pas. Parce que tu sais qu’un adulte va répliquer, se défendre. L’enfant lui ne peut pas se défendre. Lever la main sur un enfant c’est donc lui dire « Stop, j’ai décidé que je ne voulais pas discuter avec toi, ta parole ne m’importe pas. ». Du rompt tout dialogue avec lui finalement et c’est dommage.

      1. je ne leve pas la main sur mes enfants, ce n’est pas dans mon projet d’education
        mais oui, j’ai mis une fessée, une fois; et ca n’a pas ete par facilité, vu le remord et le dialogue qui en a suivi;
        pour le dialogue, par contre, je suis d’accord, et on apprend a nos 2 loulous à ne régler leurs problemes qu’en parlant

  3. Bien d’accord, mais il faut trouver des alternatives dans l’éducation positive, les mots et les explications ne suffisent pas toujours.
    Quand Petit bonheur cherche sans cesse les limites par la force (il est très très tonique, se cabre, lutte etc) je le saucissonne en douceur, les bras croisés, le corps bercé entre mes jambes. C’est bienveillant, ferme et rassurant. Il comprend que j’ai l’autorité (physique aussi) et la force est canalisée sans passer par la lutte, la violence ou le + fort gagne. Et il réclame parfois le saucisson!

  4. je suis d’accord avec snoops.
    Une fessée et rarement un acte réfléchi ou calculé, c’est plutot tout le contraire : c’est parce qu’on n’a pas assez refléchi, ni calculé la situation, on n’a pas pris une minute pour se calmer, penser à comment on va gérer la bêtise, la situation… la fessée part en 1 seconde, sur les vêtements.
    Et matin-bonheur, moi aussi je fais le saucisson 🙂

  5. Idem chez nous: contre la fessée, je préfère punir. Parfois je trouve des choses adaptées comme réparer le jouet cassé de sa soeur, parfois c’est un peu énervée que je veux vraiment « punir » (pas d’Ipad..) Dans tous les cas la fessée ne construit rien de bon, n’apprends pas les bons gestes, ne permets pas de son enfant une meilleure compréhension de ses erreurs. Tout à fait d’accord avec ton joli billet =)

  6. Je suis d’accord avec vous, malgré ça, j’ai eu le droit à la fessé lorsque j’étais petite et je m’en sort très bien. Je n’ai pas été perturbé, battue, et je ne suis jamais allé a la baggare de ma vie, même dans les cours de récré. Bon ok… j’ai tiré les cheveux de ma soeur mais je pense que la fessé n’y ai pour rien. Maintenant, la fessé.. je suis contre. Pas pour l’enfant, mais pour le parent. Car bon nombre de parent la prenne pour un geste de facilité et en oublie leur rôle de papa ou de maman.

    Un bon dialogue, et 3min au coin valent bien mieu qu’une fessé !

  7. Viens chez moi deux jours, je te prête mon gosse, et on reparle tranquillement autour d’un verre de jus d’orange.
    Pour le commentaire juste au dessus « un bon dialogue, trois minutes au coin ». Je m’esclaffe. Pardon.
    Je suis ravie de voir qu’avec vos enfants parfaits ça marche, mais faut bien se rendre à l’évidence d’un truc hein : certains enfants sont un poil moins faciles que d’autres. Et non, malheureusement, l’éducation n’a pas toujours de lien. La preuve entre les différences de comportement entre deux enfants d’une même fratrie.
    Bref, quand je lis cet article, je suis choquée, on dirait un débat. Comme si on pouvait être « pour » ou « contre ». T’es pour toi? – Bah tu m’étonnes que je suis pour! D’ailleurs ce soir c’est « fessée party », joins-toi à nous, tu verras, qu’est ce qu’on se bidonne!!
    J’imagine que tous les parents sont contre, en soit. Que cet acte n’est pas prémédité. Que ça part comme ça, sans réflexion profonde du type « mon dieu, qu’est ce qu’elles vont dire les filles du blog si elles apprennent? Pas grave, je le fais quand même, je peux pas résister hihihi! »

    Et puisqu’en parcourant cet article on me demande « d’arrêter, d’ASSUMER (très choquant ce mot, je t’assure), de se mettre à la place de… », et bien moi aussi je vais me permettre (en plus de ce commentaire un peu cash) de dire un truc : STOP. Je suis désolée que certain(e)s aient subi la violence plus jeune, ça ne devrait pas arriver. Mais faut pas confondre, et pas tout ramener à SOI, sa petite personne, son propre vécu. Faut relativiser, un peu.

    Un gamin qui se prend une tape sur le cul par dessus sa couche et son jean, parce qu’il te rit au nez quand tu tentes de lui expliquer sa bêtise, c’est quand même pas pareil qu’un enfant qui a renversé son verre d’eau par inadvertance et que tu flagelles pendant 20 minutes à poil sur la place publique.

    A bon entendeur.

    Une mauvaise mère.

    1. Je dois dire que je suis assez choquée que l’on puisse donner autant de légitimité à un acte qui est rappelons le , un acte de violence. Comment lever la main sur son enfant peut il être quelque chose de légitime ?
      Oui j’élève mais enfants sans lever la main sur eux, non mes enfants ne sont pas parfaits. Et c’est avec plaisir que je passerai une soirée chez toi, avec ton enfant si difficile, pour te montrer que l’on peut se faire comprendre, montrer son agacement ou ses limites, sans pour autant lever la main. Mes enfants ne sont pas plus faciles que d’autres. Mon aîné peut même être très dur parfois, mais aucun de ses comportements ne pourraient justifier que je lève la main sur lui. Qu’ils me manque de respect, qu’ils me rient au nez, qu’ils ne m’écoutent pas, je ne vois pas en quoi la violence pourrait leur apprendre « l’obéissance ».
      Lorsque tu te dispute avec un adulte, si celui ci ne t’écoute, si tu t’énerves, tu le frappe ? Je ne pense pas. Un adulte ça se défend, ça peut rendre les coups, alors qu’un enfant non, c’est donc tellement plus simple, tellement plus facile qu’un dialogue construit.
      La fessée, la violence, ce n’est que la facilité.
      Je me doute bien que tu ne bats pas ton/tes enfants. Mais ce geste de frapper, c’est montrer à son enfant que lorsque l’on est dans le conflit/l’incompréhension, au lieu de parler, de débattre, il suffit de sortir les poings pour avoir le dessus.
      Gamine j’en ai eu des fessées, des gifles, je n’ai pas pris la décision de ne pas faire la même chose avec mes enfants pour prendre une revanche sur mon enfance. J’ai pris cette décision parce que j’ai conscience que cela ne m’a rien appris de plus.
      Je préfère m’épuiser à répéter 100 fois les mêmes choses, à expliquer et expliquer encore, plutôt que de lever la main sur mes enfants. Je prends la peine de faire les choses bien au lieu de choisir la facilité. Ce n’est pas toujours simple, certains jours sont très durs, mais je le fais pour eux et pour moi.

      Et en effet, je te conseille « J’ai tout essayé  » et  » au coeur des emotions de l’enfant » de Fioliozat.

      1. Mais c’est juste du bon sens en fin de compte ! Et nous n’avons pas le droit tout simplement ! Et oui ca arrive mais ca ne devrait pas ! Au lieu de cherché le pourquoi du comment il faut se posé les bonnes questions !

        Merci Gwen ❤ !!!

  8. Une mauvaise mère non, mal informée sûrement. Ton enfant exprime maladroitement une émotion , tout comme il aurait ou renverser un verre ? Pan une fessee. Ou comment renforcer le sentiment de malaise, le manque d’écoute… Bah ui ton enfant sait désormais ce qu’il risque alors il s’enferme dans ce schéma de « même pas mal » et tu renforce son comportement en lui accordant ton attention( même négative) le mieux serait de l’ignorer, car franchement quelqu’un qui rit quand on lui parle n’est pas intéressant. Tu taperais ton collègue moqueur ou tu lui tournerais le dos ? Bon courage pour la suite, et nous pouvons te conseiller de lire « j’ai tout essayé » de filliozat!

  9. Je suis o combien d’accord avec toi. La fessee quelle qu’elle soit n’apporte rien, n’apprend rien, si ce n’est a l’enfant d’avoir peur. Et au lieu de comprendre la faute et sa portée, il craint la fessee associée a la bêtise. Les enfants élevés sans fessees ne sont pas des enfants rois. Je gronde souvent mon fils et je le punis même, mais je lui parle et lui explique. Et je me refuse à voir la crainte dans ses yeux. La peur de la fessee. Même si celle si est occasionnelle.
    Merci a toi pour ce témoignage.

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s