L’Éducation non violente, plus facile chez les autres ?

okaasan-leblogLorsque je parle d’éducation non violente, les yeux s’écarquillent. Lorsque j’explique en quelques mots, que pour moi l’essentiel est de mettre le dialogue au cœur de nos relations avec nos enfants. Lorsque je m’aventure à vouloir expliquer que j’ai décidé de soustraire toute violence physique de mon quotidien. Lorsque je raconte comment je répète encore et encore. A chaque fois certaines réponses se croisent et m’agacent.

Non l’éducation non violente ce n’est pas pour les enfants sages. Non l’éducation non violente ce n’est pas plus facile avec mes enfants. Non l’éducation non violente ce n’est pas toujours simple pour moi.

Je ne suis pas un parent parfait, et mes enfants ne le sont pas non plus, et j’en suis heureuse. On pourrait aussi se poser la question de qu’est ce que la perfection finalement ? Un enfant qui obéit ? Un enfant silencieux ? Un enfant que l’on peut emmener au rayon bonbons et en ressortir sans cris ni paquet de carambar ? Un enfant qui saurait ce que l’on entend de lui et ne pourrait pas nous décevoir ? Essayez de définir votre enfant parfait, vous verrez qu’il correspond davantage à vos envies personnelles plutôt qu’à son libre arbitre à lui.

Mes enfants ne sont donc pas parfaits. Je vais planter le décor pour que ce soit plus clair pour chacun : J’ai 3 enfants. Mon aîné de 5 ans est hypersensible, dans sa bulle, en avance pour son âge, maniaque, possessif, il a un quotas de 3 bêtises minimum par jour et ne supporte pas les cris des petits. Ensuite viens Little E, 3 ans bientôt, Superman des bacs à sable, jaloux de son frère, mordeur, estomac sur pattes. Et enfin, Miss Little, 15 mois, castafiore, insomniaque chronique, cascadeur, pipelette et très très têtue. J’ai donc 3 enfants, d’âges rapprochés,très différents les uns des autres. Mes enfants jouent, crient, de disputent, pleurent, se câlinent, jouent encore et se chamaillent ensuite. Les 2 grands testent nos limites, ils cherchent leur place dans la fratrie et dans nos cœurs de parents.

Ils y a des jours où c’est facile, c’est vrai. Des semaines entières où je ne vais pas élever la voix, où la communication va se faire d’elle même, allant de compromis en bonnes résolutions. Et il y a ces jours maudits. Où je n’ai qu’une envie, que la journée se termine enfin, qu’ils se couchent, qu’ils se taisent. Ces jours où je crie parce que j’ai la sensation d’avoir utiliser toutes les autres solutions, parce que je n’ai pas su prendre du recul. Ces jours où la fatigue est là, où je n’ai pas envie de répéter encore et encore. Ces jours où eux aussi sont fatigués, ils ont besoin de moi, et au lieu de nous écouter nous allons directement au conflit. Après une journée comme ça, je ne crois plus à l’éducation non violente. Je me rappelle de ma propre enfance, je me souviens que jamais je n’aurai osé faire cette bêtise, j’aurai eu bien trop peur. Peur. Oui enfant j’avais peur de mes parents, de leurs mots, de leurs gestes. Et je ne veux pas de cela pour mes enfants. Il suffit d’un seul souvenir pour me rassurer sur mes choix. Alors on met cette journée de côté et on fera mieux demain. J’écris sur un bout de papier mes sentiments, les conflits de la journée, mes questions. Je me concentre sur l’instant et je vais border mes enfants.

L’Éducation non violente n’est pas innée chez moi, et c’est ce qui me fait le plus mal. Jour après jour je me ré-éduque pour que cette non-violente soit innée chez mes enfants.

J’ai fait ce choix et libre à chacun de le faire ou non. Mais si l’on prend ce chemin, il faut s’en donner les moyens. On ne change pas une habitude installée en soi du jour au lendemain. Je m’interroge sur ces parents qui se plaignent à répétition de leur enfant dans des statuts ( qui chouine, est dans leurs jambes, tourne en rond, se chamaille ….) mais qui ont le temps de passer des heures sur les jeux facebook. Ou encore sur ces femmes assises sur un banc dont les enfants, fatigués d’attirer leur attention finissent par se chamailler, et qu’elles puniront ensuite. Je me dis simplement que si ces personnes prenaient juste ce temps là pour regarder leur enfant, jouer avec lui, l’écouter … Il n’y aurait plus « d’enfants faciles », mais des enfants entendus.

XOXO

Publicités

22 commentaires sur « L’Éducation non violente, plus facile chez les autres ? »

  1. Voila , elle l’aura eu son article la madame pas contente de la vie idyllique de notre cher Gwen ! Si elle me lit elle est satisfaite ???
    mdr ^^
    Ptin un moment j’ai vraiment cru que t’étais parfaite … Bon ben j’te suis plus pour la peine mdr

  2. ton billet me parle beaucoup! merci! c’est vrai que l’ENV demande beaucoup d’efforts, de remises en questions aussi des réflexes qui nous viennent de notre éducation à nous. Elle est loin d’être facile….mais elle est à mon sens un chemin tellement plus sain!

  3. Tiens ça fait longtemps que je n’ai pas commenté ici. Encore une fois, je me retrouve dans ce que tu dis. Ce n’est pas tous les jours faciles, ça non. Mais ça vaut le coup, ça c’est sûr! De mon côté, je suis très fière de voir que mes filles s’épanouissent dans un environnement sans violence, c’est le plus beau cadeau que je puisse leur faire. Ma grande, l’autre jour m’a dit qu’elle était heureuse. Elle me l’a dit avec des étoiles dans les yeux (pas après que je lui ai fait un cadeau ou laissé regarder un DA hein), non juste comme ça, avec son regard plein d’amour, en me faisant un gros câlin. Je ne sais pas si j’aurais pu en dire autant à son âge ❤

  4. Je me reconnais dans tes lignes, les gens ne se rendent pas compte que l’education non violente c’est un boulot de tout les instants et pas seulement vis à vis de nos enfants mais surtout par rapport a nous, a l’éducation qu’on a reçue, a notre fantome d’enfance…..

    1. l’enfance joue un rôle très important dans notre construction en temps qu’adulte. C’est pour cette raison que je veux leur donner les bases essentielle a une vie plus sereine 🙂

  5. Tellement vrai! Encore ce we je l’ai entendu le « c’est facile pour vous, vous n’en avez qu’un et il est encore petit ». Je me suis énervée à la phrase suivante: »ça dépend des enfants, certains ont besoin d’une contrainte physique »!!!!! Je suis toujours étonnée de voir à quel point on minimise la fessée, les tapes dites éducatives dans notre pays. Cette violence éducative est tellement encrée que si tu expliques que tu essaies de faire autrement on te regarde avec cet air condescendant…genre ma pauvre tu t’en sortiras jamais. Le plus dur est comme tu dis quand on se rend compte que c’est encré aussi en nous qui avons été élevé ainsi. Cette violence subit attend le petit moment de fatigue pour ressurgir, alors la lutte commence contre nos pulsions.
    Merci pour ce billet

    1. c’est vrai que le regard de l’entourage c’est parfois difficile. je pense souvent pour une hurluberlue, naïve … bref, pour les gens se sont mes enfants qui « décident » et je me laisse avoir. Encore cette vision que je déteste de « l’enfant obéissant ». C’est usant à force, mais j’essaie de passer outre.

  6. Ca pourrait être mon histoire…Bravo, et merci pour ce beau partage, j’adhère !

    En parlant d’adhésion, vous pouvez nous rejoindre sur Facebook dans le groupe Non à la violence éducative ordinaire !

    A bientot !

    Céline

  7. Je suis arrivée sur ce blog, un peu par hasard. Je suis rentrée par une grande porte qui parle d’hypersensibilité. J’en ai déduis que l’ainé est sans doute un enfant à haut potentiel. Il est dans le dialogue, alors que les enfants de son âges sont dans la violence et veulent tout tout de suite. Ses bêtises, c’est pour provoquer, observer les réactions, voir où sont les limites… Les mots auront sans doute plus de poids que les actes pour indiquer que la barrière à ne pas franchir était là… états » de F. Back, j’ai découvert qu’un enfant « normal » n’avait aucune notion du temps avant 5 ou 6 ans. Il préfèrera avoir une friandise tout de suite que tout un paquet dans 5 minutes, simplement parce qu’il ne sait pas ce que représente 5 minutes…

  8. Bonjour, dans la série remède miracle auriez nous une idée pour une enfant de 22 mois qui refuse de dormir sort de son lit allume la lumière et fini par nous rejoindre dans la salle. Rituel, histoire, chanson explications, préparation du lendemain tout y est passe. Elle dort si on éteint toutes les ‘lumières de la maison. Et que l on se couche ou si je me couche avec elle sauf que bah comme beaucoup le soir pour moi c est ménage repassage …. faudrait il la laisser s endormie par épuisement sur un coin du canapé ? Je sèche je prend toute solution… sauf l enfermée dans sa chambre !

  9. merci pour cet article, c’est tout à fait ce que je ressens, je ne doute jamais de la non-violence éducative, par contre je doute régulièrement de ma capacité à changer ces réflexes conditionnés depuis ma naissance, ça fait tjs du bien qd une autre dit rencontrer les mêmes difficultés ! la conclusion est la même pour tous ceux qui se lancent sur ce chemin, on ne veut en aucun cas que nos enfants est peur de nous mais bien confiance, confiance car c’est ainsi que notre autorité naturelle aura le plus d’influence, confiance car c’est ainsi que nos relations perdureront au delà de tous les obstacles, de la confiance et de la paix, de la joie de vivre qui nous manque tant dans nos sociétés individualistes !

  10. Merci beaucoup…Merci pour ces mots qui traduisent mes sentiments actuels…De vous lire, de vous imaginer, je me sens moins seule puisque que je n’ai pas de soutien du côté du papa…Pour lui c’est synonyme de « céder aux caprices ». Alors quand je suis fatiguée (et pourtant je n’ai qu’une fille…mais mon travail me bouffe la santé physique et mentale, et ce que je parvenais à faire jusqu’à présent,c’est à dire laisser mon stress au travail, je n’y arrive plus…) et que j’aimerai qu’il prenne le relais au lieu de se regarder le nombril en permanence, je craque et je crie…J’en suis pas fière, et je me dis que demain je ferai mieux…C’est ce qu’il s’est encore passé hier soir, et ce soir ce sera différent. Encore merci !

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s