♥ Ce jour où elle est née ♥

Avec toutes ces naissances en ce moment, j’ai eu envie de me replonger dans la naissance de Miss Little. Il y a 9 mois déjà. Elle a passé autant de temps au creux de mon ventre que dans mes bras. On dit qu’il faut neuf mois pour se remettre d’une grossesse, moi je suis encore nostalgique de nos 1ers instants.

Je n’aime pas être enceinte. Cet état transitoire m’insupporte. J’aime accoucher. Pas pour la délivrance, mais pour ce moment si fort, unique. Ça peut paraître fou, mais ce 9ème mois de grossesse fût pour moi interminable, tellement impatiente de rencontrer mon bébé, ma petite fille, et de vivre ce moment si intense. Mon médecin s’amusait à me voir accoucher le 12/12/12, moi j’espérais ne pas voir décembre le ventre rond.

Une contraction douloureuse me réveille vers 5h du matin. Dés la 1ère j’ai su. Elle était différente de celles que j’avais pu ressentir avant. Je savais que cette fois ci, c’était parti.J’accompagne les contractions avec une respiration longue et calme. Elles sont de plus en plus douloureuses, m’obligeant à m’arrêter.

Le sourire au lèvre je  dis à mon homme que c’est pour aujourd’hui, ce soir sûrement.

Nous déjeunons en famille. Tous les 4. Tout va bien, je savoure ces derniers moments en tant que maman de 2 enfants, très bientôt nous serons 5. J’essaie de m’imaginer le petit déjeuner à 5 … mais les contractions sont trop douloureuses, elles me prennent toute mon attention.

Je respire, je m’étire. Je n’ai pas mal dans les reins, mauvais souvenir de mes précédents accouchements, je trouve ça presque trop facile.

Nous décidons de faire une balade avant midi. Je regarde mon col avant de partir (LE truc à enseigner à toutes les femmes enceintes !) , je ne le sens pas ouvert, je ne m’inquiète pas, et me dis qu’une bonne promenade fera travailler tout ça.

L’air d’hiver nous fait mal aux joues, mais c’est si bon d’être dehors, de vivre cette journée comme toutes les autres, alors qu’au creux de moi, ma petite fille a décidé qu’aujourd’hui serait un jour spécial. Les contractions sont toujours aussi douloureuses, elles m’empêchent de parler à présent. Mon Grand insiste pour continuer la balade, je le suis. Je respire, je m’étire, la douleur est parfaitement gérable.

Il est midi. Nous décidons d’aller chez mes parents déposer les enfants. Je sens que j’ai besoin de me retrouver seule, me concentrer uniquement sur moi, mon bébé, ce que je ressens. Quelques saignements m’interpellent, je sens monter une légère angoisse et préfère appeler la maternité. La sage-femme est toute seule, aucun autre bébé n’a l’air de vouloir naître ici aujourd’hui. Je suis contente de nous savoir seuls, tout est calme c’est apaisant. Je lui dis que c’est juste histoire de contrôler, pas question pour moi de rester.

Tout va bien. Cette sage femme est en or. Nous lui expliquons que nous ne voulons pas rester, elle nous propose de rentrer, manger, faire une balade ou dormir si j’y arrive et de revenir. Je m’apprête à repartir … quand je perds les eaux. Les larmes me montent aussitôt. Pas à cause de la douleur, mais parce que je sais que je suis bonne pour rester ici, plus question d’aller se faire un japonais dehors. Elle comprend tout de suite mon angoisse et me laisse carte blanche, mais à l’intèrieur de la maternité : bain, ballon, marcher … je fais comme je le sens. Je déambule dans les couloirs, je sautille sur le ballon, je m’étire, je souffle…

Je n’ai pas mal dans les reins, je trouve ça presque trop facile. Pas assez mal, je pensais que je n’avais pas assez mal, que la douleur, la vraie, allait arriver après. Cette douleur insupportable dans les reins, souvenir de mes précédents accouchements me hantait.

Je continue ma respiration, je me concentre sur ce que je ressens. A ce moment précis j’arrive à sentir toutes les parties de mon corps. Je sens la douleur passer par tous mes membres. Mon homme me tient la main, il accompagne chacune de mes expiration. Il me fait rire, on plaisante, je me dis qu’on a de la chance.

Mon medecin est sur place. Tout est parfait, je ne pouvais rien vouloir de mieux. Tout y est comme je l’avais espéré. Nous attendons notre bébé sereinement. Nous sommes seuls, pas de machine, pas de lampe braquée sur nous. Ils attendent mon feu vert pour venir, ils attendent que mon bébé se sente prêt.

Il est 15h. Je la sens descendre doucement. Je l’accompagne, freinant mon envie de la voir rapidement, trop pressée de la sentir dans mes bras. Mon homme est prêt de moi, la sage femme à l’écart avec le médecin dans un coin de la pièce. Il m’avait promis de me laisser faire, seule, il a tenu sa promesse. La douleur est telle que le monde autour de moi n’existe plus. Il n’y a plus qu’elle et moi, et maintenant il faut qu’elle sorte, il faut qu’elle voit ce monde qui m’entoure. A cet instant je ne sais plus si je dois respirer ou crier, mon homme me tient la main, j’entends sa voix mais elle me paraît si loin.

Une seconde plus tard la douleur n’est plus. Enfin si, elle est là mais elle est engourdie. je caresse ma fille pour la toute première fois, et déjà tout est oublié. L’attente, la douleur, plus rien ne compte face à ce bonheur qui m’envahit. Elle est parfaite. Elle sent si bon. Je pleure de joie, son petit corps tout chaud contre moi.

Je crois que c’est à ce moment là que j’ai su que j’étais comblée, que j’avais tout ce que j’avais pu espérer de la vie.

Je la garde contre moi, personne ne vient nous déranger. Très vite elle attrape le sein, ses grands yeux noirs dans les miens, elle tète pour la toute 1ère fois.

Il y a 9 mois ma petite fille est née, et depuis je ne cesse de savourer ce bonheur.

Il y a 9 mois, ma petite fille est née et ce fût un jour magique, une expérience magnifique, un moment unique. Ce jour est empli de beaux souvenirs, chaque minutes de sa naissance sont pour moi des instants précieux. J’aimerai que toutes les femmes puissent se souvenir de leur accouchement de cette façon. Que cela soit à l’hôpital, chez elle … j’aimerai que chaque femme puisse choisir où et comment elle veut vivre cet instant privilégié, et que son souvenir soit le plus beau possible.

Aujourd’hui ma petite fille a 18 mois, elle est notre petite cerise sur le gâteau.

20140615-221539.jpg

Publicités

6 commentaires sur « ♥ Ce jour où elle est née ♥ »

  1. bonsoir
    tres sympa ce recit et touchant.
    j’ai moi meme une fille née en septembre 2012 mais malheureusement pas eu un accouchement aussi joli que le tient.
    un accouchement expresse apres seulement une heure de de pseudo travail. ma fille ne supportait pas les contractions, du coup cesarienne d’urgence.
    bonne soirée

  2. ❤ Et moi, je pleure… Je pense que tu seras la seule à comprendre, à savoir pourquoi…
    Parce que , c est notre secret…
    Mais aussi , parce que je me remémore la naissance de mes 4 Princesses et que je n ai jamais vécu d autres choses d aussi beau, d aussi intense, d aussi magique ❤
    Etre enceinte, j adore, c est LA période où je me sens bien dans mon corps, où je suis fière de ce corps 😉 Imaginer pendant 9 mois ( ou plus) , si c est une princesse ou un prince, préparer sa chambre, sa layette, préparer les aînées à sa venue, nous préparer à l accueillir… Puis accoucher, CE Bonheur que j aime puissance 1000!!!!! La rencontre avec nos Bébés est si belle ❤
    Sentir notre boule de Bébé, les tétées, le peau à peau, le co-dodo, c est merveilleux ❤
    Et je pleure et je pense que tu peux me comprendre …

    Merci ma Belle pour ce billet qui est juste magnifique et qui me fait réaliser que ce que j avais réussi à enfouir vient de rejaillir: je VEUX d autres boules de Bébé ❤

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s