Allaiter pendant sa grossesse

Il y a quelques jours, mon médecin m’a clairement demandé de stopper l’allaitement de ma fille. Lors du check-up mammaire annuel, j’ai eu la bonne (ou pas) idée de lui demander de ne pas trop insister sur le matériel. J’imaginais déjà ma gynéco l’oeil crevé par un jet de lait menaçant ! Préférant éviter tout drame, j’ai donc préféré lui dire de ne pas faire l’examen,cause allaitement en cours et jet de lait à haute pression prévisible.

Je suis enceinte de 4 mois et demi et j’allaite ma fille de 22 mois.

« Il va falloir arrêter cela tout de suite ! » Ce sont ses mots, ceux de mon médecin, sans appel, sans discussion possible. Le pourquoi ? les contractions utérines provoquées par la succion au sein. Ces contractions sont comparables à celles que l’on nomme de Braxton-Hicks, ces fausses contractions que l’on a parfois du mal à différencier de celles de l’accouchement.

Effectivement la stimulation des mamelons entraîne la sécrétion de l’hormone ocytocine qui peut provoquer des contractions de l’utérus. Mais lorsque l’on sait, selon des études, qu’il faut au minimum 3h de stimulation pour faire démarrer le travail, la marge est grande.

J’ai allaité Little E lorsque j’étais enceinte de sa soeur. A l’époque, je ressentais ces fameuses contractions, elles pouvaient même être douloureuses parfois. J’en avais parlé à mon ancien médecin qui m’avait alors répondu tout naturellement : « Partout dans le monde les femmes allaitent. Si l’allaitement était dangereux, nous le saurions » . J’avais continué. Aujourd’hui je ne ressens pas du tout ces contractions, alors pourquoi arrêter ?

photo okaasan-leblog.com

Miss Little a 22 mois, elle tète souvent le matin, quelques minutes parfois, un peu plus en général, parfois même les deux seins. Il n’y a plus de tétées dans la journée, et très rarement le soir. Nous avons encore de temps en temps des tétées câlins, mais elles deviennent de plus en plus rare. Pour autant Miss Little reste très attachée à l’allaitement, et je ne serai pas étonnée qu’elle tète encore à la naissance du bébé.

Pourtant elle le dit elle même « tété bobo, a pu lait Maman !! ».

Je n’ai plus de lait, ou très peu. La baisse de lactation est très fréquente pendant la grossesse, et flagrante au 2nd trimestre. Certains enfants arrêtent alors naturellement de téter, c’est ce qu’avait fait Little E (pour reprendre ensuite à la naissance de sa soeur). D’autres encore n’apprécient pas le colostrum, ce lait prévu pour le bébé à venir. Ce sera peut être le cas de Miss Little, nous verrons.

Le seul inconvénient que j’ai pu relever dans l’allaitement pendant la grossesse, ce sont les mamelons douloureux. La douleur me rappelle parfois celle des toutes 1 ères tétées avec mon aîné. Le stress avant que le bébé attrape le mamelon, les dents serrées, puis l’apaisement après quelques secondes. Cette douleur n’est pas quotidienne, mais certain jour je préfère expliquer à Miss Little que non, elle ne pourra pas téter parce que j’ai mal. Parfois elle comprends, souvent elle pleure. Parfois je cède en serrant les dents, souvent elle s’en va demander un « Rrronron de lait » à son papa.

Pour nous tout se passe bien. Nous allons continuer cet allaitement qui est pour moi un lien important avec mes enfants. Si dans l’avenir Miss Little veut arrêter, nous arrêterons. Si mon médecin venait à me dire que l’allaitement crée des contractions qui jouent sur mon col, ou sont dangereuses pour ma grossesse, nous arrêterons. Si j’en venais à ne plus supporter les douleurs, ou que la fatigue me prend, je saurai lui demander d’arrêter.

Mais pour l’instant tout se passe bien, et nous continuerons comme ça. 

Pour plus d’informations sur l’allaitement, le site de La leche league.

Publicités

13 commentaires sur « Allaiter pendant sa grossesse »

  1. J’adore ces médecins qui te sortent une phrase qui est en fait un ordre, même pas justifié de façon médicale (en tout cas plus que douteux dans ton cas). U_U

    Elle est au courant que si on fait l’amour et qu’on a un orgasme pendant la grossesse ça peut faire se contracter un peu l’utérus aussi ? Est-ce qu’elle conseille d’éviter ça aussi ? oO

    Bonne suite d’allaitement et de grossesse !

  2. intéressant, celà soulege une question chez moi : physiologiquement le corps est bien fait, le lait vient avec le bébé, c’est à dire qu’a la naissance de bébé le lait maternel sera spécifique pour ce bébé la, par exemple si ce bébé est prématuré (je ne vous le souhaite pas) le lait à sa naissance sera parfaitement fait pour lui, en quantité, en qualité, celui ci sera totalement adapté à l’age gestationnel de l’enfant. Mais si vous mettez au sein votre miss little pendant ou meme apres la grosses, comment cela se passe t il ? je me demande….

    1. le lait maternel et effectivement adapté à l’enfant le plu jeune. Lorsqu’il y a co-allaitement, le plus important est de garantir sa part nutritionnelle au plus jeune. Comme un bambin a une alimentation diversifiée, l’allaitement reste un plus et non son alimentation primaire.

      1. oui mais du coup est ce que ca ne change pas le contenu ou la quantité pour bébé ? par exemple si la ta fille tette quand tu es enceinte elle « prend » le colostrum à la place de ton bébé non ?
        et dans quelles mesures être sur que le bébé à « Le » lait adapté si cette montée de lait est stimulé par un autre enfant ?
        C’est des questions sincères en aucun cas une critique. Merci.

        1. le lait maternel est toujours adapté à l’enfant le plus jeune. A la naissance du bébé il y aura le colustrum et ensuite la montée de lait. Il est tout de même conseillé de laisser le nouveau né téter seul au début, afin qu’il est toute la « dose » de colostrum. Le nouveau bébé reste prioritaire quoi qu’il arrive.
          En ce qui concerne la quantité de lait, elle s’adapte aussi en fonction de la demande.

  3. Lors de ma visite médicale de reprise de travail suite à la naissance de bébé 1. La médecin me demande comment ça se passe avec bb1, comment il est nourrit, au sein et à midi petits pots et je lui dit que je suis enceinte de BB2. Elle me dit c’est impossible et que le BB1 doit surement une croissance ralenti.
    BB1 se portait comme un charme et mon pédiatre pro allaitement me disait de continuer tant que je le souhaitais.
    Il y a certains médecins qui feraient mieux de se renseigner avant de parler.
    Bonne suite de grossesse et d’allaitement.
    Bises

  4. Ca me fait penser quand j’étais enceinte de bébé3 et que bébé2 tétait encore. La sage femme m’a dit qu’il fallait que j’arrête car il prenait les forces nécessaire à bébé3. Et une autre phrase du genre : le bébé tête les pieds du foetus… Ah là là les vieilles croyances ont la vie dure!
    Vous avez bien raison de continuer tant que vous y trouvez toutes les deux votre comptes!

  5. Allaitant enceinte, j’ai moi aussi été confrontée à un gynéco borné lors d’un contrôle mensuel à la maternité. (remplaçant de mon gynéco habituel qui était en vacances)
    Il était catastrophé que j’allaite encore ma fille (20 mois à l’époque) mais ses arguments étaient complètement vaseux (c’est pas bien, ça vous fatigue trop, il faut penser au bébé….)
    Il a même tenté l’appel à la pédiatre de la mater, qui a dit que si ma fille aimait le lait salé, elle n’y voyait aucun problème.

    Merci donc d’avoir exposé très clairement ce qui est à surveiller lorsqu’on allaite enceinte. J’ai effectivement eu bien mal aux tétons en début de grossesse mais ça a fini par disparaitre.
    quant aux contractions, j’en ai certes eu bien plus pour cette seconde grossesse que pour la première, mais elles n’étaient pas liées aux tétées, je ne suis donc pas sure qu’elles soient les responsables. Plutôt le quotidien d’une maman d’un enfant en bas âge et qui travaille…

    J’espère que les témoignages d’allaitement enceinte et de co allaitement qui ne sont plus si rares vont finir par les démystifier.
    Après tout, cela se fait depuis la nuit des temps.

    Je te souhaite une belle grossesse et de nombreuses belles tétées.

  6. Certaines croyances ou habitudes ont la vie dure !!!! Pour parler allaitement dans un autre registre … je suis enceinte de 22 SA et c’est une grossesse gémellaire pour compliqué les choses je vais les élever seule … Depuis toujours je souhaite allaiter, j’ai vu ma mère, ma belle mère, mes amies le faire pour moi c’est comme une évidence… et bien lorsque j’expose mon choix je fais face à des têtes déconfites, des gens affligés qui me prennent pour une cinglée 😦
    Un médecin m’a pourtant dit que oui ce serait fatiguant mais que normalement la montée laiteuse se ferait en conséquence et qu’une mis en route ce ne serait pas plus compliqué que de faire 20 biberons….

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s