Le co-allaitement in real life !

okaasan blog

Ca y est je crois qu’on y arrive (enfin !!), le pic de croissance des 3 semaines !! Bon là toutes celles qui sont déjà passées par là vont me prendre pour une barjo; Mais comment peut elle être contente d’être en plein pic de croissance ??!! Les tétées en n’en plus finir, les seins vides, un bébé que l’on arrive pas à rassasier et qui s’énerve au sein, les pleurs que l’on arrive plus à calmer … Oui je vous l’accorde, le pic de croissance, c’est la galère !!

Mais mais mais cette fois ci, je suis Happy !!!! Parce que qui dit pic de croissance, dit seins vides !!! Youhou !!!

Je m’explique : Avec Miss little toujours allaitée, je m’imaginais déjà une montée de lait et un début d’allaitement fingers in the nose pour Little S. Pas d’obus en guise de boobs, pas de blocs de béton dans le soutif, fini les seins rouges et douloureux, cette fois ci, la galère de la big montée de lait ne passerait pas par moi ! Et comme je l’avais prévu, tout s’est passé so easy. Dés sa naissance, little S s’est accrochée au sein et ne la lâché qu’en fin de journée. Née à 8h40, j’ai vu les prémices de la montée de lait le soir même à 22h, c’est vous dire la morfale qu’est ma fille !! Un bébé qui tète comme ça, c’est un vrai bonheur. Mais aussi goulue que puisse être mon bébé, la Big montée de lait, on en vient pas à bout comme ça !

C’est là que j’ai sorti mon Atout, alias, Miss little, 2 ans, téteuse no limit. Je ne vous raconte pas la tête qu’à fait ma grande bébé quand elle s’est rendue compte qu’après 9 mois de casi sécheresse, le lait, le vrai, était enfin revenu ! Nirvana ! Vidage de boob en 5 minutes chrono !

J’ai laissé téter Miss little dés le début de la montée de lait, pour être certaine que sa petite soeur ait bien tout le colostrum. Cependant, je ne lui laissais qu’un seul sein, laissant Little S vider à elle seule un sein. J’étais donc certainement que la petite ait bu le lait plus gras de fin de tétée.

Sauf que toutes les bonnes choses ont une fin …

Nous nous sommes donc lancés dans un co-allaitement sans prise de tête, avec son côté super pratique pour moi. Pas d’engorgement, et pour la 1ère fois j’ai pu rentrer dans mes chemisiers 5jours après avoir accoucher ! Tétée le matin et le soir pour Miss little, avec quelques débordement avant la sieste, puis après la sieste, et puis très vite quand elle voulait en fait ^^ Ce qui devait arriver arriva, par un matin ensoleillé, nous nous retrouvions écrasés moi et mes boobs sous un mini bébé de 3kg et un autre de 10kg ! Le début de la fin.

Et très vite je me suis aussi rendue compte que mes pauvres seins ne retrouvaient que trop rarement leur taille normale. En fait, ils ne retrouvaient plus du tout leur taille normale, ils ne se vidaient tout simplement plus !! Toujours pleins à ras bord, toujours de quoi abreuver mes 2 assoiffées. Nous y étions, le cercle vicieux du plus j’en demande, plus la machine en fabrique. Mon corps se retrouvait donc, logiquement,à fabriquer du lait pour 2 bébés, dont 1 qui te vide un nibard en 4 goulées !!

La situation m’est vite devenue insupportable. Avoir en permanence un bébé au sein. Avoir en permanence la poitrine énorme et douloureuse.

J’ai donc décidé de dire stop. J’ai mis fin à l’allaitement de Miss little, après plus de 2 ans de bons et loyaux services. 

Je ne vais pas mentir, il a fallu ruser. Proposer un petit déj de princesse, des câlins, des jeux. …. Et puis j’ai expliqué, et j’explique encore, pourquoi elle ne peut plus téter, pourquoi elle doit laisser la place à sa petite soeur. Elle réclame encore, ce qui est normal, mais je tiens bon … et mes seins me disent merci ! Je suis aussi moins fatiguée, parce que l’allaitement en lui même peut déjà être épuisant, alors un double … Je ne me voyais pas me remettre de la naissance, rattraper la fatigue accumulée pendant la grossesse, prendre mes marques avec ce nouveau bébé, tout en poursuivant un double-allaitement. Celles qui y arrivent ont toute mon admiration !

Aujourd’hui nous sommes en plein pic de croissance, et je l’attendais avec impatience. Nous allons repartir sur le nouvelles bases, un ajustement de ma production de lait … seulement pour ma toute petite.

Publicités

7 commentaires sur « Le co-allaitement in real life ! »

    1. oups je m’aperçois que mon commentaire hier est parti bien trop vite.

      Je disais donc : moi j’ai été bien contente que la grande stimule la montée de lait.
      Pour elle, si je n’ai jamais eu de problèmes quand elle tétait en direct, ‘ai pas mal galéré quand j’ai dû tirer mon lait à la reprise du travail.
      Pour le second, j’ai eu bien moins de mal à remplir les bibs !

      Par contre effectivement, la perspective d’avoir un bébé au sein h24 m’angoissait vraiment beaucoup.
      Comme je ne voulais malgré tout pas sevrer la grande, j’ai limité ses tétées dès que je suis rentrée de la maternité : matin, avant sieste et soir.
      ça n’a pas été évident au début car elle réclamait en dehors de ces créneaux là et il m’est arrivé de céder face à ses larmes.
      Par la suite, ça nous a convenu pendant un bon moment.

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s