Le « Fucking four », ou comment on a transformé mon fils

Avant il y avait ce petit garçon tout doux, si calme, souriant. Ce petit garçon mignon comme un roudoudou. Je me souviens d’après midi où je l’aurai presque oublié, à jouer dans sa chambre, s’inventant des histoires avec ses bonhommes préférés.

C’est sans doute ça, je l’aurai presque oublié. On aurait peut être dû le mettre plus au centre, lui, le petit garçon du milieu.

okaasan-leblog.com

Qu’importe nos erreurs, ou le cours de la vie, aujourd’hui il est au centre de toutes nos attentions. Il s’est réveillé, comme un bourgeon a qui l’on n’aurait pas assez donner de lumière et qui désormais veut prendre toute la place. Un grand frère imposant, une maîtresse pas très sympathique, une petite sœur envahissante … il semble décidé à montrer que lui aussi il peut faire parler de lui.

Little E a littéralement explosé du jour au lendemain. En fouillant j’ai vu que certain appellent ça le « fucking four », moi je dirai que c’est le rugissement de l’eau qui a dormi trop longtemps.

On m’avait dit que la place du milieu était difficile. On m’avait prévenu que son silence ferait du bruit un jour. J’ai longtemps eu peur qu’il reste dans l’ombre de son frère, de le mettre de côté, d’en faire celui du milieu, celui qui suit.

Il ne suit plus. Il est détaché du carrosse, et si ça continue comme ça je crois que nous allons prendre un mauvais chemin.

Litte E est toujours ce petit garçon rieur, mon bisounours à câlins, mon petit bonheur, ce sourire charmeur. Mais le roudoudou devient de plus en plus piquant. Il y a les colères, les mots durs, les coups, l’arrogance et sa désinvolture. Soudain tout devient dispute et négociation. La diplomatie est peu à peu vaincue par la fatigue et le découragement.

Alors je ne sais plus. Est ce qu’il a grandi ? Est ce qu’il s’affirme pour pallier à un mal-être ? Est ce une passade ou est ce sa personnalité qui explose enfin ? Tout ce dont je suis sûre aujourd’hui, c’est que malgré toutes mes convictions en matières d’éducation non violente et de communication positive, je suis en train de baisser les bras. Nous sommes dans un cul de sac. Je mise beaucoup sur les vacances et un rythme plus léger pour faire table rase et écrire un nouveau chapitre. Mais je suis aussi pleine de craintes pour l’avenir.

Publicités

8 commentaires sur « Le « Fucking four », ou comment on a transformé mon fils »

  1. Courage je suis en plein dedans aussi avec ma 3,5 ans
    Les vacances vont faire du bien cest sur mais en attendant il faut tenir bon.
    J’ai mis au point un calendrier avec des points rouges en cas de crises et des verts en cas de bonne conduite. Ça marche pas mal mais a la fin de la semaine si elle a eu plus de verts que de rouges elle a un petit cadeau.

    Dans cette période sombre tous les moyens sont bons. Courage

  2. coucou gwen,
    ma fille a 4 ans et depuis sa naissance c’est une petite fille très difficile, avec des comportements dont tu parles : arrogance, opposition constante, coups..insultes verbales….
    Nous aussi nous sommes démuni, il y a des jours sans, et des jours avec, des jours avec une patience infinie, et d’autres avec des cris…j’ai constaté que ma fille fonctionne pas mal par cycle : 3 semaines démoniaques/3semaines d’apaisements…cela peut varier.
    J’ai trouvé un certain réconfort dans la RIE (éducation respectueuse), plus d’info chez maman mymou :
    http://jeveuxunetitesoeurfille.blogspot.com.es/
    il y a certaines choses qui marchent très bien pour nous.
    et si dans le coin il y a des associations d’aide à la parentalité, il ne faut pas hésiter, ou bien des groupes d’échanges de parents autours des questionnements liés à l’éducation. ça aide les choses à avancer, et demander de l’aide n’est pas une honte, ça peut parfois même être bénéfique !
    en tout les cas bon courage !

  3. Bonjour Gwen,

    Je comprends très bien ce que vous traversez, puisque nous avons le même problème avec notre fille de 3,5 ans. Elle est le feu et la glace : en un instant, elle passe de la colère aux rires, comme si rien ne s’était passé. Je n’ai qu’elle pour le moment, mais en février, elle aura un petit frère ou une petite soeur, et là je commence à appréhender… Pour elle, est-ce de la jalousie? Ou bien encore le manque de son papa qu’elle voit peu au vu de ses horaires? Je ne sais pas, mais moi aussi, ma bienveillance et mes convictions commencent à vaciller. J’explique sans fin, je punis un peu trop à mon goût… Je vous souhaite bon courage et je me souhaite aussi bon courage du coup 🙂

  4. Je connais ça aussi depuis les 3.5 ans de MisterBB. J’ai parfois l’impression d’être en face d’un adolescent, un vrai.
    La bienveillance qui me tient tant à coeur vacille parfoissous le découragement et la fatigue…Comme MarjoMamansolo, on teste le « calendrier du comportement » (ciblé sur le coucher car pour nous, c’est là que c’est le pire du pire) et il a un soleil ou un nuage selon…et si 15 soleils en 1 semaine, il y aura récompenses…Quand on est à cours d’idées,..
    Bref, bon courage (et on croise les doigts pour que ça passe)

  5. Très beau texte, courage ma belle, je n’ai pas de bons conseils je pense que tu as déjà tout essayé, je t’envoi une dose d’amour et encore une de courage .

  6. Chichi a également des passades pas facile du tout :-/
    Parfois j’ai l’impression de faire des garçons qui m’en font baver car Chupa était plutôt cool petite (un peu moins avec la pré-adolescence).
    Bon courage. On en a besoin !

  7. Je suis en plein dans le terrible two, genre en plein… Il y a des jours où elle se roule par terre dès qu’elle a posé un pied au sol. Et puis on m’a dit ça « tu vas voir le fucking four c’est pire ». Lol, je préfère ne pas pas y penser! On se retrouve parfois à court d’idées niveau punition, et je t’avoue que ces jours-là on se la refile comme une patate chaude tant la tension est grande. Je ne sais pas si c’est possible avec un quatre ans, mais quand on en peut vraiment plus on l’isole histoire de décompresser un peu 🙂

  8. J’espère que c’est une période, ce n’est pas facile, quand ils « changent, évoluent » et que l’on doit « s’adapter » car il nous faut du temps, on se pose des questions, on se demande ce que l’on fait de « bien » ou pas…
    ne pas y voir clair quand on est parents c’est pas évident.
    Courage et tendresse ❤
    Bises

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s