changer.

Vous êtes tellement à m’écrire, à m’envoyer des petits mots timides, ou des lignes de soutien. Bien souvent je ne sais pas quoi répondre. Vous me demandez comment je vais. Vous m’envoyez du courage. Vous me demandez comment je fais pour continuer à sourire. Vous me dîtes toujours que je suis courageuse, que j’inspire à oublier les soucis et à aimer la vie. Je crois que c’est ça. J’ai simplement fait le choix d’aimer la vie, qu’elle le veuille ou non, je ne la détesterai pas malgré qu’elle est été bien trop dure.

Je ne vous dirai pas que je suis heureuse. Je ne vous dirai pas que je ne pleure pas. Je ne vous dirai pas que j’apprécie le silence et cette place froide dans mon lit. Je ne ferai que vous mentir. Il y aura toujours une part de tristesse en moi, même lorsque je souris. Je ne peux éclater de joie sans avoir le ventre qui se sert. Je ne peux pas regarder ma fille dormir sans verser une larme. Je sais qu’il y aura toujours ce soupçon de tristesse en moi, et je n’essaierai jamais de le cacher ou le taire. Il fait partie de moi, et il fait ce que je suis.

Lorsque l’on choisit le parti de la vie, à quoi bon ne le faire qu’à moitié. Je vis chaque journée l’une après l’autre, en prenant soin de savourer chaque petit bonheur. Le bonheur est fait de millier de jolies choses, pour le voir il faut simplement savoir les regarder.

Avant, j’étais heureuse, je le ressentais comme un accomplissement. Le sentiment d’être arrivée à la fin d’une quête, lorsqu’il ne reste plus au héro que de vivre sans se soucier du monde autour. Malgré cela, lorsque je me plonge dans cette nostalgie devenue douloureuse, je me rends compte que je n’ai pas assez pris le temps. Le temps de regarder, de profiter de l’instant. On court toujours à ce que l’on va faire demain, dans 6 mois, dans 1 an. On ne regarde pas assez l’instant présent. Je crois que c’est en cela que j’ai changé. Parce que bien évidement, j’ai changé. Ou plutôt, je suis devenue celle que je suis réellement, sans me soucier du regard extérieur, sans brider mes rêves et ma folie. Je ne vis pas comme si j’allais mourir demain, ce serait beaucoup trop fataliste. Je laisse simplement couler la vie où elle veut, sans vraiment prévoir le chemin qu’elle prendra.

photo

Alors on ne court plus. On fait des gaufres et on regarde les gâteaux cuire dans le four. On se promène sans regarder notre montre et on hurle au loup quand la nuit tombe. On a fait le tri, pour voir ce qui nous donne vraiment le sourire. On a fait le vide, pour ne plus se faire envahir par les tâches du quotidien. Je couds, je tricote et je bouillonne d’idées.

Je crois que c’est de cela que je veux vous parler. De la simplicité. De faire ralentir notre vie que l’on presse toujours trop, pour enfin voir ces petits bonheurs fugaces. Si j’ai changé, je pense que c’est évident que cela change un peu ici aussi.

Belle semaine,

Gwen. ♥

Publicités

14 commentaires sur « changer. »

  1. Je pense si souvent à toi, 2016 n’a pas été facile pour nous deux et je vois qu’on a décidé de prendre le même chemin…je voudrais te dire tant mais je ne sais pas comment. Quoi qu’il en soit je tiens à t’envoyer des milliards de bisous <3<3<3<3<3

  2. Toujours agreable de vous lire vous etes une personne merveilleuse qui donne le sourire et donné envie de prendre le temps pleins de bonheur a vous en effet. Instant présent est le plus important

  3. Bonjour,
    j’aime lire tes mots parce qu’ils me donnent envie de devenir meilleure, de prendre plus de temps pour mes enfants, pour ceux que j’aime, pour vivre …en arrêtant de courir après le temps …
    Gros bisous !

  4. Quoiqu’il se passe il faut avancer. J’avoue attendre à chaque fois tes billets qui me tirent des larmes à chaque fois. Comment se mettre à ta place ? On ne le pourra jamais. Mais sache que je pense très fort à toi que je ne connais pas mais qui me bouleverse tellement. Des bisous à vous 😚😚😚

  5. Je découvre ton blog aujourd’hui. J’ai l’impression d’entrer dans un cocon à la coquille ébréchée, mais qui renferme de si belles choses que je n’ose plus partir. Et pourtant, je clique ici et là sur tes billets comme si j’avançais sur la pointe des pieds… Tes mots sont très émouvants. Je reviendrai te lire… Je t’envoie en attendant des pensées qui viendront peut-être, liée à toutes les autres, apaiser une once de cette souffrance qui sera toujours là maintenant…

  6. Je me demande toujours comment tu vas, sans parfois oser le demander, pour ne pas mettre les pieds dans le plat maladroitement.Je regarde chacune de tes photos, je lis chacun de tes mots, avec l’espoir que la vie soit douce pour vous tous.Je vous embrasse

  7. Toujours aussi agréable de te lire, même si ma gorge se serre à chaque fois maintenant. Tes textes sont beaux et il en ressort à chaque fois une énergie qui force l’admiration !

laisser un mot

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s