après l’école

Il n’y a rien de meilleur que le chemin après l’école. Les petites mains toutes chaudes, les lacets mal serrés, les pulls à l’envers, la cacophonie des comptines et des poésies. On se dépêche de rentrer mais on voudrait que le petit chemin soit un peu plus long pour courir encore un peu. Ça boude et ça rigole en rond. Mais vite que l’on soit au chaud, vite les manteaux et les cahiers qui volent. Qui sera l’heureux gagnant, celui qui aura l’honneur de montrer son cahier le premier, celui qui aura les félicitations de maman avant les autres. Et…

je vais bien ne t’en fais pas

J’ai essayé 100 fois d’écrire un article sur le blog. Je m’installe, je tape l’adresse, j’ouvre … et je me retrouve à fumer une clope dehors, à pleurer, à gueuler contre le vide, à ne même plus reconnaître où je suis, à me sentir complètement paumée alors que ma fille frappe à la porte pour que je rentre. On ne peut pas vivre la même vie qu’avant. Pourtant, à y regarder de loin, c’est ce que je fais. Je m’occupe de mes enfants, de ma maison, je reçois mes amis, je cuisine, je paie les factures, je rhabille des poupées, j’attends la…

Un peu plus d’amour que d’ordinaire

On dit souvent que c’est dans les plus tristes instants, que le pire de l’âme ressort. Je ne garderai pas cette image. Après tout, on se souvient toujours que du meilleur. A quoi bon garder les mauvais croquis et les ratures. Il suffit juste de tourner la page. On répétera les traits que l’on veut garder, les couleurs harmonieuses, et les détails qui ont leur importance. J’ai vu l’amour là où je n’aurai pas cru. Je l’ai vu là où je ne l’attendais pas, et c’est toujours dans ces moments qu’il est le plus beau. Des petits soupçons de bonheur…

comme maman, by W.

Comme maman on met des fleurs dans nos cheveux.  Je prends des barrettes en cachette pour que mes cheveux tiennent bien. Les cheveux de maman ils sont toujours bien coiffés. Comme maman je mets des robes qui tournent, et je tourne partout partout.  Et quand ma tête tourne aussi je tombe par terre et on rigole avec maman. Comme maman je dors avec mon doudou. Mais le doudou de maman personne n’a le droit de le prendre, c’est un cadeau de mon papa. Des fois maman elle me le prête quand même, et je fais bien attention pour ne pas…

le tourbillon de la vie

On a tout. On est heureux. Vous savez ce sentiment de plénitude lorsque vous sentez que ça y est vous y êtes, là où vous vouliez aller. Le bonheur. Ce n’est pas parfait, mais tout est là. L’essentiel. Alors on s’invente de nouveaux rêves, on laisse la folie de l’imaginaire nous emporter. Les aléas de la vie nous laissent les pieds sur terre, mais qu’importe, on a qu’a tendre la main pour que l’autre nous la sert. Le sourire des enfants efface nos cernes, et on promet de s’aimer encore plus fort lorsque leurs rires auront quitté la maison. On…

petit fouillis #2

Il n’y a finalement pas grand chose de nouveau sous le soleil Breton. La vie file doucement au rythme des pas de little S. et de ses 1ers mots. Le soleil qui semble bien décidé à percer entre les nuages rend les fins de journées moins moroses et fait tenir les fleurs en bouquet. Depuis le début de l’année je me suis lancée un défit, le 100% fait maison et 100% naturel. Alors nous n’y sommes pas encore mais il n’y a plus de goûters industriels, plus de cochonneries sur les étagères de la salle de bain et j’ai ressorti…

la chanson

Je lui la chante depuis sa naissance. Dans le creux de son petit cou. Pendant les tétées. Le soir pour l’aider à trouver son sommeil. La journée pour calmer les chagrins de son cœur. La nuit lorsque la fatigue et l’énervement s’emmêlent. Toujours la même, depuis son 1er jour. Souvent aux 1ers mots ses yeux se ferment, mais je la termine toujours, je laisse la mélodie accompagner la lente respiration de son sommeil qui s’installe. Elle accompagne les tétées, elle les remplace aussi. Elle se suffit à elle même, mais ma main l’accompagne. Cette chanson c’est la sienne, la notre,…

petit fouillis #1

Je commence l’année par un grand fouillis. Parce que finalement c’est ce qu’est la vie par ici en ce moment. On ne peut pas dire que 2016 ait commencé sous un bel augure, et ça n’a pas aidé à remettre tout à l’endroit. Passer le réveillon du jour de l’an aux urgences pédiatriques, ça vous tord le bide et vous laisse de longues heures pour imaginer l’année qui se profile … J’ai passé la 1ère nuit de l’année le ventre vide à serrer mon fils dans mes bras, encore un peu tremblante à l’idée que j’aurai pu le perdre, d’un…