Pardon pour la fessée !

Je comprends la fatigue, je comprends le manque de patience, je suis moi même parfois au bout du rouleau, l’envie de crier « stop » au creux de l’estomac. Je comprends que l’on puisse s’emporter, crier, pleurer, se sentir désarmé … Mais non je ne comprends pas ce geste qui fait mal, ce geste de désespoir ou volontaire, cette main qui veut humilier, faire mal. La fessée. Non je ne cautionne pas la fessée.  La fessée n’apprend rien, elle fait mal. La fessée ne répare pas l’objet cassé, elle casse la confiance que notre enfant nous porte. La fessée n’apprend pas à…