soeurs 

Je me suis toujours demandée comment c’est d’avoir une soeur. Enfant je me demandais souvent ce que cela aurait changé si mon frère avait été une fille. Si nous nous serions moins disputées, si nous aurions été complices, jalouses, meilleures amies. Si nous aurions joué ensemble, si nous aurions eu les mêmes amis.

J’observe souvent mes filles. Elles ont 2 ans d’écart et ne sont jamais l’une sans l’autre. La plus grande prend un peu trop souvent le rôle de la maman, ou mieux, commandante en chef ! Mais la petite sait bien vite lui rappeler quelles sont deux petites filles bien trop douées en chamailleries. 

Elles ne sont pas plus proches que mon frère et moi enfants. Elles sont surtout tellement différentes. A bien les regarder elles n’ont rien à voir l’une avec l’autre, et c’est sans doute ce qui parfait le duo.

Elles sont complices autant quelles se lancent des noms d’oiseaux. Moi j’en rigole, bien plus d’ailleurs que lorsqu’elles s’unissent pour une séance de bodypainting à l’encre à lèvres !

2 garçons, 2 filles; On me dit souvent « c’est bien comme ça, ça fait 2 groupes ! ». Tout ça c’est n’importe quoi. Eux ne se divisent pas de fait.  Il n’y a qu’à les voir le matin, tous les 4 endormis les uns sur les autres. Dans la fratrie garçons et filles ça n’existe pas. 

Je ne sais pas ce que c’est d’avoir une soeur, mais je sais que les souvenirs d’enfance d’une fratrie c’est magique. Je sais que chaque jour ils se construisent leurs souvenirs, tous les 4. 

Le pyjama« le plus doux de la galaxie de l’univers »  dixit Wiwi-la-bêtise, tout bio et pratique pour les frileux des petons, c’est chez Comète Paris .

Publicités